Publié dans Challenge 19e siècle, Littérature française, XIXe siècle

« La conquête de Plassans » : Émile Zola

 

Place au quatrième tome des « Rougon Macquart » avec :

 

La conquête de Plassans Emile Zola

 

 

Résumé :  

La ville de Plassans, acquise à l’Empire à la fin de « La Fortune des Rougon », sous l’influence de la famille Rougon, a rebasculé dans le camp légitimiste. On décide donc, à Paris, de la faire revenir dans les rangs en envoyant un prêtre bonapartiste, l’abbé Faujas qui va ainsi manipuler tout le monde.

L’Abbé arrive donc, accompagné de sa mère, chez les Mouret dont il va progressivement envahir la maison et l’esprit.

Le couple Mouret est constitué de François Mouret, fils d’Ursule Macquart, négociant à Marseille, qui s’est constitué une petite rente qui lui permet de vivre tranquillement dans sa maison ; sa femme, Marthe Rougon est la fille de Félicité. II s’agit donc d’un mariage entre cousins et leur grand-mère est d’Adélaïde, enfermée dans un asile. Ils ont trois enfants : Octave, Serge et Désirée.

 

Ce que j’en pense  

 

Nous voici donc de retour à Plassant, dans le Sud de la France chère à Zola (lui-même natif d’Aix en Provence) loin de la vie parisienne trépidante des deux tomes précédents.

J’ai retrouvé avec plaisir Félicité, que j’avais bien aimée dans « La fortune des Rougon », ses rapports un peu bizarres avec sa fille, Marthe, dont elle n’est pas très proche. Seulement, Marthe lui est utile lors de ses réceptions du jeudi, où se côtoient les personnages importants de la ville :il est de bon ton de se critiquer, mais de se faire voir aussi…

Le personnage principal est l’abbé Faujas, qui se promène dans la ville, tout miteux, la soutane raccommodée, (il n’en a qu’une !) et apparemment modeste, ne s’intéressant qu’à Dieu. Il s’infiltre peu à peu dans la ville, la vampirisant, la domptant pour mieux la dominer. Il s’immisce ensuite dans tous les pans de la société de la ville, même les jeunes, il s’agit de convaincre tout le monde.

Pour établir son emprise, il est plus simple de commencer  par les femmes, grenouilles de bénitier. Il s’attaque d’abord à Marthe, épouse soumise, éprise de raccommodage, de travaux d’aiguille, athée, devinant une frustration chez elle, il va l’amener à l’Église, au salut. Il en fait une dévote, intégriste, comme souvent les nouveaux convertis, la rudoie, refusant d’être son confesseur, lui imposant ses règles de façon drastique et malsaine.

Zola nous décrit à merveille, la manière dont cet homme qui méprise les femmes qu’il considère comme impures (tiens donc !) tisse sa toile pour arriver à ses fins, dans un rapport sado-masochiste, car c’est ce qu’on appelle de nos jours un pervers narcissique. Il aime dominer, se donner du mal pour conquérir, se faisant passer pour ce qu’il n’est pas. Seule la conquête est source de jouissance !

« L’abbé avait un mépris d’homme ou de prêtre pour la femme ; il l’écartait, ainsi qu’un obstacle honteux, indigne des forts. Malgré lui, ce mépris perçait souvent dans une parole plus rude. Et Marthe, alors prise d’une anxiété étrange, levait les yeux, avec une de ces peurs brusques qui font regarder derrière soi si quelque ennemi caché ne va pas lever le bras. « P 96

Le couple Mouret est intéressant par son évolution car on voit les deux personnes changer presque radicalement et la relation entre eux se modifie :  François Mouret est davantage sur ses gardes quand l’abbé arrive chez lui ; il essaie bien de railler le personnage et la religion, mais bientôt il n’est plus maître chez lui et ne peut que regarder sa femme sombrer.

Marthe confond la dévotion avec l’amour, car elle est amoureuse du prêtre, pas de Dieu ou de Jésus. Elle s’autoflagelle au propre et au figuré. Vit-elle sa passion ou sa Passion ?

La mère du prêtre est gratinée aussi : en extase devant son rejeton, qu’elle vénère, elle est prête à tout pour qu’il réussisse… « Elle trouvait, d’ailleurs, leur adoration naturelle, les regardait comme très heureuses d’être ainsi à genoux devant son Dieu » P 226

Zola traite dans ce roman, de l’influence du pouvoir sur l’homme mais surtout de la folie sous toutes ses formes : manipulations, perversité, délire mystique… Marthe et François ont, tous les deux, peur de la folie, car ils ont toujours présent à l’esprit leur grand-mère Adélaïde, la fameuse tante Dide de « La fortune des Rougon » qui est depuis des années dans un asile, aux Tulettes : la folie est-elle héréditaire ? Y-a-t-il un maillon faible dans la génétique, la consanguinité (leur fille Désirée a un retard mental) donc est-ce qu’ils risquent de devenir fou ? C’est la question qu’ils se posent….

Il change de technique dans ce roman, alors que dans les trois premiers tomes, on avait une scène présentant tous les protagonistes dans le premier chapitre, suivi de cinq ou six chapitres longs, racontant l’histoire et les personnages, ici il procède par petits chapitres (23 pour être précise), ce qui donne du rythme à l’histoire qu’il raconte, et il n’y a pas de flash-back. Par contre, les langues de vipères, les ragots sont toujours bien présents.

Ce roman est jubilatoire, dans sa férocité à décrire les protagonistes et leurs petitesses, le rôle de l’Église en politique à l’époque et se termine en feu d’artifice.

Bref, j’ai adoré ce roman, et je pourrais élucubrer pendant des heures tant il m’inspire…

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

 

Extraits  

 

Ce prêtre apportait chez lui une odeur mystérieuse, un inconnu presque inquiétant. Bien qu’il fît l’esprit fort, qu’il se déclarât voltairien, il avait en face de l’abbé tout un étonnement, un frisson de bourgeois où perçait une pointe de curiosité gaillarde. P 37   

 

Son salon était sa grande gloire ; comme elle le disait, elle voulait y trôner, non en chef de parti, mais en femme du monde. Il est vrai que les intimes prétendaient qu’elle obéissait à une tactique de conciliation, conseillée par son fils Eugène, le ministre, qui la chargeait de personnifier, à Plassans, les douceurs et les amabilités de l’Empire.  P 62  

 

Voyez-vous, à Plassans, le peuple n’existe pas, la noblesse est indécrottable ; il n’y a de tolérable que quelques parvenus, des gens charmants qui font beaucoup de frais pour les hommes en place. Notre petit monde de fonctionnaires est très heureux. Nous vivons entre nous, à notre guise, sans nous soucier des habitants, comme si nous avions planté notre tente en pays conquis. P 79 

 

Et, il (l’abbé Faujas) s’imaginait ce drame, cette femme et ce mari, parents de visage, que toutes leurs connaissances jugeaient faits l’un pour l’autre, tandis que, au fond de leur être, le levain de la bâtardise, la querelle des sangs mêlés et toujours révoltés, irritaient l’antagonisme de deux tempéraments différents. Puis, il s’expliquait les détentes fatales d’une vie réglée, l’usure des caractères par les soucis quotidiens du commerce, l’assoupissement de ces deux natures dans cette fortune gagnée en quinze années, mangée modestement au fond d’un quartier désert de la petite ville. P 98  

 

Elle le regarda, surprise de cette sortie brutale, reculant, éprouvant cette sensation d’épouvante qu’elle ressentait parfois encore en face de sa soutane. Il lui semblait que des mains de fer se posaient sur ses épaules et les pliaient. Pour tout prêtre, la femme, c’est l’ennemie. Lorsqu’il la vit révoltée sous cette correction sévère, il se radoucit… P 114

 

Patronné par Marthe, désigné comme le promoteur d’une bonne œuvre dont il refusait modestement la paternité, il n’avait plus, dans les rues, cette allure humble qui lui faisait raser les murs. Il étalait sa soutane neuve au soleil, marchait au milieu de la chaussée.  P 115   

 

Elle était heureuse de ces coups. La main de fer qui la pliait, la main qui la retenait au bord de cette adoration continue, au fond de laquelle elle aurait voulu s’anéantir, la fouettait d’un désir sans cesse renaissant. Elle restait néophyte, elle ne descendait que peu à peu dans l’amour, arrêtée brusquement, devinant d’autres profondeurs, ayant le ravissement de ce lent voyage vers des joies qu’elle ignorait. Ce grand repos qu’elle avait goûté dans l’église, cet oubli du dehors et d’elle-même se changeait en une jouissance active, en un bonheur qu’elle évoquait, qu’elle touchait. P 205 

 

Il ne goûtait, dans la salle à manger sur rez-de-chaussée, que la joie d’être totalement débarrassé des soucis de la vie matérielle. Aussi gardait-il une tranquillité superbe, peu à peu habitué à voir ses moindres désirs devinés, ne s’étonnant plus, ne remerciant plus, régnant dédaigneusement entre la maîtresse de maison et la cuisinière, qui épiaient avec anxiété les moindres plis de son visage grave. P 228 

 

L’abbé Faujas redoublait de sévérité, la contenant encore en la rudoyant. Elle l’étonnait par ce réveil passionné, par cette ardeur à aimer et à mourir… Il y avait entre elle et cet homme un mur de colère et de dégoût. Quand il sortait des courtes luttes qu’il avait à soutenir avec elle, il haussait les épaules, plein d’un lutteur arrêté par un enfant. Il se lavait, il se brossait, comme s’il eût touché malgré lui à une bête impure. P 248 

 

Lu en août 2018

Auteur :

Psychiatre à la retraite, je peux enfin m'adonner à ma passion. Lectrice assidue depuis le CP, je profite de ma retraite pour parler de mes livres, de mes coups de cœur, de mes déceptions aussi... ma PAL est gigantesque, il me faudra trois vies encore pour en venir à bout.

11 commentaires sur « « La conquête de Plassans » : Émile Zola »

    1. c’est mon préféré pour l’instant j’ai plus de mal avec « La faute de l’abbé Mouret » car moins d’action je m’accroche… « L’assommoir » que j’avais tant aimé ado n’est plus très loin 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.