« Le jeu des si » d’Isabelle Carré

C’est ma deuxième tentative pour aborder l’univers de l’auteure, après ma lecture en demi-teinte de « Du côté des Indiens », avec ce roman :

Résumé de l’éditeur :

Il y a ceux qu’on vient toujours chercher dans les gares, les aéroports, et puis ceux qui plongent seuls dans les souterrains du RER ou partent en trainant leurs valises à la recherche d’un bus, d’une voiture… A l’aéroport où son fiancé était censé l’accueillir, Élisabeth ne voit personne. Désemparée, elle hésite, puis avise le dernier taxi en vue. Le chauffeur tient une pancarte au nom de la cliente qui décidément n’arrive pas : Emma Auster.


Ce nom si romanesque est un déclic : Que se passerait-il si Élisabeth prenait sa place ? Et si c’était enfin l’occasion de réaliser un vieux songe : changer vraiment de vie, au lieu de n’en donner l’illusion en jouant mille personnages… Qui d’entre nous n’a pas pensé, quitter la ville pour se fondre dans le paysage, disparaître pour se réinventer. Et la voilà partie pour vivre une vie qui n’était pas la sienne.



Peut-on devenir l’autrice de sa propre existence, ou le réel nous rattrape-t-il inéluctablement ? Un vertigineux jeu de miroir où les strates de la fiction se déplient et se répondent, dessinant un portrait de femme multifacettes. Une femme singulière et universelle, celle qui au fond de nous n’en finit pas de se chercher et d’imaginer un ailleurs…

Ce que j’en pense :

Élisabeth, désemparée par le fait que son mari ne soit pas venu l’attendre à l’aéroport, aperçoit un taxi, dont le chauffeur attend depuis assez longtemps une cliente, avec une pancarte « Emma Auster », (savant mélange de Jane Austen et Paul Auster). Elle décide se s’engouffrer dans le taxi et devient Emma, nounou férue de photographie, notamment d’oiseaux, embauchée par une famille qui ne l’a jamais rencontrée.

Une nouvelle vie commence, à la manière des Évaporés au Japon : Élisabeth enfile les vêtements de sa nouvelle identité et disparait sans laisser d’adresse à sa famille. On apprend qu’elle est mariée, et que son mari la trompe avec une femme plus jeune et que son métier ne l’intéresse plus…

En fait, elle manque de confiance en elle, fait souvent partie des murs, a besoin d’être sans cesse encouragée, reconnue…

L’idée est intéressante : disparaître sans laisser d’adresse, quitter une vie pour en construire une autre, mais encore faut-il avoir envie d’en construire vraiment une autre. Il ne suffit pas de se volatiliser pour réapparaître à l’autre bout du monde, pour que les choses changent.

J’ai réussi à terminer ce roman et cela relève de l’exploit tant cette lecture virait au pensum. L’idée était intéressante, mais Elisabeth-Emma pose des questions auxquelles elle ne réponde jamais, refuse de prendre des décisions car elle préfère le flou et la rêverie, désirant que les choses changent, mais « en même temps », expression dans l’air du temps ces dernières années, que tout continue à l’identique, ne pas décider…

Très vite, elle m’a exaspérée mais je voulais lui laisser une chance de me convaincre, mais décidément, si j’apprécie Isabelle Carré actrice, en tant qu’auteure, je n’y parviens pas… on parle de l’extrême sensibilité de l’auteure, qui aurait pu me toucher, mais son héroïne rêve sa vie au lieu de la vivre. Elle tente d’étayer son propos en nous donnant moultes citations d’auteurs, mais quand les extraits retenus sont plus axés sur elles que sur le texte lui-même. Les références fournies pour ces citations sont détaillées à la fin du livre, et cela m’a davantage intéressée, je le reconnais.

Si le thème des évaporés au Japon vous intéresse je vous conseille vivement de vous plonger dans « Les évaporés » le roman de Thomas B. Reverdy que j’ai adoré… La chronique a été rédigée sur mon ancien blog, alors j’espère que le lien va marcher sinon on peut la lire sur Babelio.

http://eveyeshe.canalblog.co..

Un grand merci à NetGalley et aux éditions Grasset qui m’ont permis de découvrir ce roman et son auteure.

#Lejeudessi #NetGalleyFrance !

6/10

un avis beaucoup plus enthousiaste : https://vagabondageautourdesoi.com/2022/05/27/isabelle-carre-le-jeu-des-si/

Extraits :

Quand personne ne vient vous chercher, pourquoi ne pas se jeter dans les bras d’un homme, n’importe lequel, pour les voler à sa fiancée ? Lui, ou le premier taxi venu. L’heureux élu ne manquerait pas de se féliciter du troc…

Mon partenaire n’y pouvait rien, de toute évidence mon corps défectueux était l’unique responsable. L’endométriose dont je souffrais prouvait une fois de plus mon insuffisance…

A rebours de l’avis général, capituler ne représentait pas à mon sens une si mauvaise option. Je trouvais au contraire une certaine noblesse à quitter le navire en pleine mer, à me saborder en silence. Avec un plaisir honteux, je rêvais de mourir, et d’être là quand même, cachée quelque part, juste pour voir la tête qu’ils feraient…

Au travail comme en amour, je guettais mes taux de satisfaction. Les « je t’aime » distribués comme des étoiles sur une application téléphonique. J’avais beau faire, je ne pensais qu’à ceux qu’on ne m’avait pas accordés. Les sourires de mon père, ses yeux sombres et brillants qui se fendent. Sourires si rares que je peux les compter…

Je n’ai pas appris à me battre, je laisse le réel me mettre K-O. Je referme les yeux, j’essaie de retrouver mes rêves, ils sont doux et m’entraînent au loin, dans un passé récent, plus clément. Je retrouve le Monde d’Avant, les passants se frôlent se mélangent sans peur.

Si nous n’étions pas obligés de choisir, de prendre chaque jour ces centaines de petites décisions, en apparence insignifiantes, qui en nous privant d’alternative suffisent parfois à tout changer, nous passerions peut-être moins souvent à côté de la vérité.

Dans ce monde, Emma et moi nous étions rejointes, dans un autre, je continuais ma vie précédente, et elle la sienne

Lu en juin 2022

26 réflexions sur “« Le jeu des si » d’Isabelle Carré

  1. Je n’étais de toute façon pas tentée.. et j’ai lu « Les évaporés » que j’ai bien aimé malgré quelques bémols (j’ai de loin préféré du même auteur « Il était une ville »), car j’en ai trouvé le sujet en effet très intéressant.

    Aimé par 1 personne

    1. franchement la deception est au RV, finalement je n’aurais pas dû insister, mais le thème me plaisait… Mais n’est pas Paul Auster qui veut (4.3.2.1. était génial!)
      je n’ai pas encore lu « il était une ville et pourtant il est dans ma PAL depuis longtemps 🙂

      J’aime

  2. Le roman des Si est pour 4.3.2.1 de Paul Auster une vraie réussite dont s’est inspirée Isabelle Carré (elle l’avait d’ailleurs entre les mains lors de sa sortie lors de l’émission LGL). J’avais lu Les rêveurs comme jurée d’un prix, il m’avait touchée mais n’ai pas eu envie de renouveler l’expérience et ce que tu en dis me confirmes mon choix. 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Les avis sont toujours partagés vis à vis de son écriture. Le masque et la plume l’a descendu en flèche, je crois. Mais son passage à LGL était très intéressant ! Dans celui-ci, elle interroge les masques qu’on se donne ou que les autres nous approprient et fait un parallèle intéressant avec son métier d’actrice. La construction en deux parties a gêné bcp de lecteurs, alors que de mon point de vue, c’est juste la même question vue sous deux angles différents. En tout cas, merci pour le lien . Et au plaisir d’échanger !

    Aimé par 1 personne

    1. j’ai trouvé qu’elle tournait en rond et posait des questions sans vouloir essayer de trouver des réponses…
      le roman pavé de Paul Auster est tellement plus puissant … je ne l’ai même pas évoqué dans ma chronique sinon j’aurais été encore plus dure…
      Si je veux continuer à l’apprécier comme comédienne il faut que je cesse de lire ses romans…
      Je comprends que les avis soient aussi partagés (c’est pareil sur Babelio)

      J’aime

  4. Et bien je ne l’ai pas encore lu et j’ai vu que beaucoup de lecteurs avaient des avis mitigés sur ses romans, alors ça m’intrigue, j’en tenterai à l’occasion mais justement à la médiathèque je n’ai pas réussi à en avoir un…

    Aimé par 1 personne

    1. je me suis énervée tout le long…Je ne suis pas patiente, certes mais quand même je lui aurais volontiers « botté les fesses »
      PS je n’arrive plus à laisser des commentaires sur ton site, c’est bloqué et je ne comprends pas pourquoi 🙂

      J’aime

    1. j’ai tenté de découvrir sa prose parce que je l’aime bien en tant qu’actrice, mais déjà « Les rêveurs » ne m’avait pas tentée car sa prestation à LGL m’avait laissé sceptique mais la 2e tentative sera la dernière sinon je ne ma regarderai même plus à l’écran 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.