Publié dans Psy, Témoignage

« Fight » de Hazel Gale

Je vous parle aujourd’hui d’un livre découvert grâce à NetGalley et dont la chronique m’a posée pas mal de problèmes :

Résumé de l’éditeur :

Phobies, addictions, procrastination, sentiment de ne pas être à la hauteur, dépendance au regard des autres… Nombreux sont les obstacles qui nous aliènent, nous empêchent d’être vraiment nous-mêmes et, trop souvent, nous poussent à l’autosabotage.

C’est pour venir à bout d’une fatigue chronique et de ses propres blocages que la boxeuse anglaise Hazel Gale s’est tournée vers l’hypnothérapie cognitive, une thérapie en forme d’autoanalyse inspirée des neurosciences et de la psychologie positive. Elle en a tiré une méthode ultra-efficace et originale, mêlant anecdotes personnelles, théorie et exercices pratiques. Une belle leçon d’empowerment pour sortir vainqueurs de nos luttes, quelles qu’elles soient.

Étonnant, stimulant, un livre pour gagner le combat et partir à la conquête de soi !

Ce que j’en pense :

J’ai choisi ce livre pour son titre et pour son thème : ce que l’auteure appelle l’auto-sabotage. Lequel d’entre nous n’a-t-il jamais eu l’impression de ne pas être à la hauteur au moins une fois dans sa vie, ou n’a pas reporté à plus tard une décision importante…

Je me suis vite rendue compte que j’avais envie d’entrer profondément dans ce livre, de faire les tests, d’analyser certains de mes comportements. Pour cela, il fallait constamment revenir sur les pages antérieures, et ces aller-et-retour permanents m’ont poussée à me procurer la version papier, car sur e-book, c’était trop compliqué ! entre un tableau partagé en deux ou le fait de ne pas pouvoir remplir un questionnaire…

Ce livre est entre mes mains depuis… avril 2019 date du téléchargement ! Certes, j’aurais pu me contenter de le survoler mais je tenais absolument à faire une étude approfondie et le piège s’est refermé sur moi : il est devenu un outil de travail personnel tant il est bien construit, et donc un compagnon de vie, car côté autosabotage, j’ai longtemps été au top, la peur de réussir, étrangement pas dans tous les domaines.

Dans mon métier, pas de souci, le perfectionnisme est plutôt une qualité qu’un défaut, mais côté loisirs ou plaisirs, c’était autre chose. En fait, tout ce qui a été acquis à l’âge adulte (en gros fin des années lycée et surtout fac pas de problème !) mais lorsqu’on a été biberonnée avec « travaille, réussis tes examens, tu t’amuseras plus tard… »

Ce livre est génial, l’auteure propose d’abord d’identifier le problème, de comprendre comme ce fonctionnement s’est mis en place, puis des exercices pour prendre en mains le problème, après l’avoir repéré, afin de pouvoir approfondir et affronter les choses. J’ai bien aimé la suggestion de faire « un audit intégral de nos besoins », car à quoi doit-on réfléchir, ce qu’on ressent, ce qu’on veut, ce que les autres attendent de nous et ce qu’on pense qu’ils attendent de nous.

Je vais m’arrêter là car, ne voulant pas rester en surface, j’ai tellement approfondi que cela devient trop personnel pour rédiger une chronique, c’est précisément cela le piège.

J’ai bien aimé la description des scenarii (cf. les extraits choisis) car j’ai été atteinte de ce que j’appelais autrefois le « Syndrome de Mère Térésa », prendre soin des autres ne jamais dire non… mais un jour, je me suis dit que n’ayant pas sa force, ce serait impossible alors j’ai décidé d’employer la formule « Syndrome du Saint-Bernard » sauveur certes mais le tonneau met la barre moins haut…et j’ai collé deux superbes photos de ces adorables toutous sur le mur en face de mon bureau, tel un rappel à l’ordre : NON ! et croyez-moi ou pas cela fut efficace et j’ai reçu en cadeau une adorable peluche de bébé Saint-Bernard !

Je vous conseille, entre autres, le chapitre sur la victimisation ou celui consacré au récit : comment raconter l’histoire autrement avec des métaphores pour modifier sans pour cela trop enjoliver. Hazel Gale a un style très fluide, maîtrise bien son sujet, et toutes les techniques qu’elle propose sont bien explorées expliquées, donc on peut passer aux travaux pratiques sans problèmes. Elle n’hésite pas à raconter sa propre expérience et on l’impression qu’elle s’adresse personnellement au lecteur.

Ce livre n’est jamais très loin, car on ne change pas certains comportements si rapidement, et COVID et confinements ont eu une influence néfaste sur ma motivation (comme pour la lecture en général et la rédaction de mes chroniques, ou la marche quotidienne, je l’avoue) mais, cela semble repartir alors au boulot ! Ne procrastinons plus ! la procrastination étant le corollaire du perfectionnisme…

Un grand merci à NetGalley et aux éditions Belfond qui m’ont permis de découvrir ce livre qui beaucoup plus qu’un simple feel-good et son auteure et je les remercie pour leur patience.

Ultime conseil: choisir la version papier sinon l’utilisation sera difficile, sauf si l’on veut se contenter de survoler…

#Fight #NetGalleyFrance

9/10

L’auteure :

Hazel Gale a découvert l’hypnothérapie cognitive en 2009. Championne du monde de kick-boxing, c’est une femme stressée et soumise à la fatigue chronique propre aux sportifs de haut niveau. L’hypnothérapie lui permettra de surmonter sa dépression et de gagner de nouveaux titres de championne. Elle est devenue thérapeute à son tour afin d’aider les autres dans leur propre combat. Elle vit en Angleterre.

Extraits :

Les valeurs associées au scenario « Sois parfait » sont l’accomplissement le succès, la victoire, la droiture, le goût du travail bien fait et l’autonomie.

La plupart d’entre nous s’accorderont pour dire que la perfection n’existe pas (en tout cas, une fois qu’on n’est plus à l’école, où 100% des buts sont atteignables, comme dans une dictée ou un devoir de mathématiques. Une personne qui fonctionne avec un scenario « Sois parfait » aura toujours ne lui la croyance inconsciente que la perfection existe et il fera tout son possible pour l’atteindre.

Le scenario « Fais plaisir aux autres » sont l’attention, la gentillesse et la disponibilité. Quelqu’un doté de ce scénario aura souvent eu le rôle de juge de paix dans sa famille pendant l’enfance.

Lorsque ce scenario est enclenché, nous allons automatiquement faire passer nos besoins derrière ceux des autres. Parfois, nous allons trouver que nous assumons trop de choses en période de stress car nous ne savons pas dire non.

Je n’étais pas la seule dans cette situation. La mentalité de la victime est courante, et ce ne sont pas uniquement les gens faibles, malades ou angoissés qui tombent dans ce piège. Les gens n’aiment pas qu’on les considère comme des victimes car il trouve ce trait de caractère très agaçant chez les autres. Mais, ils ont beau détester cette idée, ils sont nombreux à avoir cette mentalité de victimes…

J’utilise souvent des métaphores avec les personnes que j’entraîne à boxer. Il n’y a peut-être pas de meilleure situation qu’une séance d’entraînement épuisante pour démontrer combien les gens réagissent plus simplement aux images qu’ils ne le font aux argumentations logiques et techniques.

Quel que soit le problème à surmonter en travaillant avec les fils conducteurs de la mémoire, se concentrer sur les liens que les êtres humains établissent entre eux peut souvent s’avérer thérapeutique. En insérant quelqu’un ou quelque chose qui compte pour nous, une « figure importante » dans notre mémoire, nous pouvons utiliser le sentiment de connexion qui en découle pour combler les besoins qui ne l’avaient pas été lorsque l’évènement originel s’était produit. Il existe une étape spécifique au cours du processus qui vous permettra de vous focaliser sur la construction et l’ancrage d’un lien entre vous-même et autrui.

Lu et travaillé entre avril 2019 et janvier 2021

Auteur :

Psychiatre à la retraite, je peux enfin m'adonner à ma passion. Lectrice assidue depuis le CP, je profite de ma retraite pour parler de mes livres, de mes coups de cœur, de mes déceptions aussi... ma PAL est gigantesque, il me faudra trois vies encore pour en venir à bout.

17 commentaires sur « « Fight » de Hazel Gale »

    1. il est bien fait, pratique et théorique avec des exemples personnels ou de patients
      c’est un livre vers lequel je reviens souvent car les vieux automatismes ont la vie dure surtout pendant confinement 🙂

      J'aime

  1. Quand un livre devient livre de chevet et référence pour le quotidien, difficile d’en faire la présentation. Pourtant, celle-ci est réussie : la démarche de l’auteur est appréhendée et étayée par le vécu ! Merci pour ton courage à présenter un livre qui t’es devenu si personnel !

    Aimé par 1 personne

    1. cela a été compliqué car je ne savais pas comment en parler alors je suis partie de mon expérience et de mon cheminement avec lui… sans en dire trop en fait…. J’ai remarqué que les critiques étaient bonnes sur Babelio notamment et chacune différente 🙂
      j’ai des post-it partout donc pour choisir les extraits je voulais rester dans le général 🙂

      J'aime

  2. Je suis la pro de l’autosabotage… lors d’un entretien d’embauche, ma dernière phrase fut de dire, au DG d’un tour operator pour lequel je rêvais de travailler : « Vous savez pour moi, le travail n’est pas l’essentiel… L’essentiel c’est la vie »… Evidemment, je n’ai pas été embauchée…
    Mère Théresa aussi je suis pas mal. Mais comme toi, je passe plutôt au St Bernard… Mon récent diagnostique d’Autisme Asperger (après des années de labyrinthe médical) m’a incité à reconsidérer ma vie et mes comportements dans leur entièreté , et le 1er confinement m’y a bien aidée. Depuis, je vis mieux, me sens plus sereine, plus calme, plus en accord avec moi même.

    Aimé par 2 personnes

    1. le terme autosabotage m’a parlé tout de suite, c’est pour cela que je l’ai choisi au départ.
      Mon combat c’est la procrastination car je veux encore à mon âge rendre une copie parfaite, ce que personne ne me demande… Mais c’est intériorisé
      le 1er confinement s’est très bien passé, j’ai commencé à jeter avant que je ne ressemble à Diogène et c’est presque devenu une habitude, merci le broyeur 🙂 c’est le post confinement qui a coincé mais parce que j’étais contre, trop rapide donc récidive évidente…
      Ce livre a un autre avantage, on le prend on avance un peu on le repose et cela se met en place 🙂

      J'aime

  3. Un livre dans lequel on ne peut que s’impliquer forcément car on est tous concernés même si c’est à des degrés divers et fortement marqués aussi par notre éducation…notre métier, nos expériences de vie. J’ai un procrastinateur à la maison alors je sais de quoi tu parles. Merci de nous présenter ce livre à ne pas survoler donc

    Aimé par 1 personne

    1. j’ai fait des progrès, même si j’attends encore souvent l’avant-dernier moment pour faire les corvées.j’ai toujours détesté tout ce qui est administratif mais jamais rendu une déclaration d’impôts (ou payer mes impôts) en retard…
      J’ai même corrigé un mémoire de DU juste avant d’aller le faire relier car j’étais encore mécontente des trois dernières pages…
      cela dit ce livre est vraiment très bien fait, on est loin des livres de coaching ou feel good que je n’aime pas en général 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.