Publié dans Littérature américaine

« Tangerine » de Christine Mangan

Je vous parle aujourd’hui d’un livre en accès libre sur NetGalley dont le titre est une invitation au voyage:

 

 

Résumé de l’éditeur :

 

Tanger, 1956. Alice Shipley n’y arrive pas.

Cette violence palpable, ces rues surpeuplées, cette chaleur constante : à croire que la ville la rejette, lui veut du mal.

L’arrivée de son ancienne colocataire, Lucy, transforme son quotidien mortifère. Ses journées ne se résument plus à attendre le retour de son mari, John. Son amie lui donne la force d’affronter la ville, de sortir de son isolement.

Puis advient ce glissement, lent, insidieux. La joie des retrouvailles fait place à une sensation d’étouffement, à la certitude d’être observée. La bienveillance de Lucy, sa propre lucidité, tout semble soudain si fragile… surtout quand John disparaît.

Avec une Tanger envoûtante et sombre comme toile de fond, des personnages obsessionnels apprennent à leurs dépens la définition du mot doute.

 

Ce que j’en pense

 

Nous sommes à Tanger, en 1956. Déjà, les frémissements de l’indépendance sont palpables… Deux jeunes femmes, qui sont devenues amies lors de leurs études, se retrouvent. Hasard ?

En fait, Lucy débarque à l’appartement d’Alice qui vit dans cette ville avec son époux, John surtout intéressé par la rente qu’elle touche tous les mois, en attendant l’héritage pour ses vingt et un ans et qui traficote on ne sait trop quoi…

Autrefois Alice fut sous la coupe de Lucy, engluée dans une amitié envahissante pour ne pas dire toxique. Un secret les a séparées, la mort accidentelle de Tom, l’amoureux d’Alice qui ne s’en est jamais vraiment remise et a dû être internée pendant quelques mois.

On comprend très vite que la relation quasi-fusionnelle entre les deux amies, est toxique, pathologique, car Lucy ment tout le temps, manipule tout le monde et tient à garder à tout prix son emprise, quitte à démolir tout ce qui se met en travers de son chemin. Mais, Alice n’est pas très nette non plus, perdue entre le passé et le présent, dans les souvenirs qui remontent ou pas à la surface, avec ses hésitations, tergiversations…

« Je savais tout d’elle, qu’elle m’était si proche qu’il semblait parfois que nous étions une seule et même personne. »

Le malaise monte au fur et à mesure qu’on tourne les pages, on finit par ne plus savoir qui manipule qui, et cette sensation de confusion est entretenue par la manière dont Christine Mangan a construit son récit, alternant les témoignages de Lucy et d’Alice ; je me suis même demandée à un moment si ce n’étaient pas deux avatars, une personnalité multiple, si on ne nageait pas en pleine psychose…

J’ai aimé suivre ses deux femmes, dans la chaleur étouffante de Tanger, les suivant dans les souks ou les bars bizarres, ou au contraire vers la plage, et les tombes… Tanger et ses couleurs bleu, rouge, jaune, et son thé à la menthe brûlant, Tanger et ses odeurs d’épices, Tanger et le contraste des cultures, Tanger et ses noms multiples : Tingis, Tangiers…

« Ce n’était pas une ville où l’on arrivait et où l’on pouvait se sentir immédiatement chez soi – non, il y avait un processus à l’œuvre, une épreuve, une sorte d’initiation à laquelle seuls les plus courageux survivaient. Un endroit qui inspirait la rébellion, l’exigeait de ses habitants de ses citoyens… »

Les autres personnages sont intéressants également, notamment la Tante Maude, femme austère qui a pris Alice en charge à la mort de ses parents, si peu démonstrative qu’on en vient à la soupçonner aussi, ou encore Joseph alias Youssef, habitant mystérieux de la ville, peintre à ses heures et qui aime escroquer les touristes. Par contre, John, l’époux d’Alice est un peu terne…

Ce roman m’a plu par les thèmes abordés, la mémoire, l’amitié, entre autres, mais la sensation de malaise a persisté, même en le refermant, me laissant perplexe car la fin est déconcertante…

Je tiens à préciser qu’un élément perturbateur s’est glissé dans cette lecture : il s’agissait d’épreuves et la mise en page laissait à désirer avec des coquilles…

Un grand merci à NetGalley et aux éditions Harper-Collins qui m’ont permis de découvrir cette auteure dont c’est le premier roman, peut-être une auteure à suspense à suivre.

#Tangerine #NetGalleyFrance

 

L’auteur

 

Christine Mangan est diplômée de l’University College de Dublin, où elle a rédigé une thèse sur la littérature gothique du XVIIIe siècle, et de l’Université du Sud du Maine, où elle a suivi un Master d’écriture. Tangerine est son premier roman.

 

Extraits

 

J’oublie ce qui s’est passé. C’est une sensation étrange, car elle a toujours été là, à rôder sous la surface, menaçant de la briser. Mais il arrive que son nom m’échappe, alors j’ai pris l’habitude de le noter sur les morceaux de papier que je trouve. La nuit quand les infirmières sont parties, je le murmure pour moi, comme une leçon de catéchisme apprise enfant, comme si le rabâcher allait m’aider à me souvenir, m’empêcher d’oublier, car je me répète, je ne dois pas oublier.

 

Laisse tout ça au passé, m’avait-elle conseillé, comme si les souvenirs étaient des objets qu’on pouvait ranger dans des boîtes assez solides pour ne jamais laisser échapper les secrets qu’elles contenaient. dixit Tante Maude

 

Tôt ou tard, tout finit par changer. Le temps passe, insoumis – quels que soient nos efforts pour en figer, modifier ou récrire le cours. Il n’y a tout simplement rien qui puisse l’arrêter, absolument rien.

 

Alors, le Maroc est votre maison… oui, il est à vous. Vous êtes une Tangerine à présent, dit-il non sans malice, car il s’agissait en fait du nom du fruit, et non celui des habitantes.

 

Ces jours-là, je sentais que tout mon être dépendait des liens intimes qui nous unissaient et je ne voulais pas la quitter. Mais à d’autres moments, je la détestais, me méprisais, la méprisais, elle, pour cette dépendance, cette relation fusionnelle que nous avions construite – même si, d’humeur sombre, il m’arrivait de me demander s’il s’agissait bien d’une relation…

 

Tanger et Lucy se ressemblaient, me dis-je. Des énigmes insolubles qui refusaient de me laisser en paix. Et j’en avais assez de ne pas savoir, d’avoir toujours l’impression d’être en marge des choses, à la périphérie.

 

Les jeunes filles savaient tout des garçons de l’université d’à côté – il leur importait manifestement beaucoup de connaître leur futur mari. Elles avaient beau étudier la littérature, les mathématiques et même la médecine pour certaines, il semblait que la grande majorité d’entre elles avait déjà compris que la profession à laquelle elles se destinaient, était celle de mère et d’épouse.  

 

Elle pensa à Tanger, à tous les noms qu’elle portait, aux changements qu’elle avait subis. Aux personnes qui l’avaient revendiquée comme leur au fil des siècles – un large éventail de nationalités de langues. Tanger était la ville de la métamorphose, elle se transformait afin de survivre.

 

 

Lu en avril mai 2019

Auteur :

Psychiatre à la retraite, je peux enfin m'adonner à ma passion. Lectrice assidue depuis le CP, je profite de ma retraite pour parler de mes livres, de mes coups de cœur, de mes déceptions aussi... ma PAL est gigantesque, il me faudra trois vies encore pour en venir à bout.

9 commentaires sur « « Tangerine » de Christine Mangan »

  1. il est bien écrit, elle est machiavélique et j’ai eu de plus en plus de mal à le lâcher, car j’imaginais n’importe quoi….
    elle brosse un tableau de Tanger qui m’a beaucoup plu 🙂
    bonne soirée 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.