Publié dans Littérature américaine, Polars

« Tombes oubliées » de Lincoln Child et Douglas Preston

Encore un intermède thriller, aujourd’hui, avec le dernier roman de ce duo d’écrivains bien connu des amateurs :

Résumé de l’éditeur :

Nora Kelly, de l’Institut archéologique de Santa Fe, est approchée par l’historien Clive Benton pour localiser le Campement perdu de l’expédition Donner, introuvable depuis 1847, afin d’y effectuer des recherches historiques… et mettre la main sur un trésor.

Benton a en effet trouvé le journal d’une victime de l’expédition, au cours de laquelle des pionniers, coincés par une tempête de neige dans la Sierra Nevada, n’ont eu d’autre choix que de s’entredévorer pour survivre…

Mais, outre de vieux ossements et quelques pièces d’or, ce qu’ils vont découvrir va faire grimper la température de plusieurs degrés. D’autant que la jeune agente du FBI Corrie Swanson, qui a rejoint Nora et son équipe, leur apprend que les fouilles en cours ont un lien avec des exactions commises de nos jours…

Dans le premier volet de cette nouvelle série, Preston & Child braquent le projecteur sur deux femmes, déjà croisées dans certaines des enquêtes de l’inspecteur Pendergast, du FBI, leur personnage fétiche.

Ce que j’en pense :

Clive Benton, historien de son état, s’est introduit par effraction dans la « Maison Donner » qui doit être démolie, à la recherché d’un carnet relatant une expédition qui s’est mal terminée en 1847, car l’un des protagonistes, Wolfinger, avait emporté un trésor constitué de pièces d’or dont la valeur actuelle serait évaluée à 20 millions de dollars.

Benton arrive à mettre la main sur le carnet qui appartenait à Tamzene Donner, partie avec son époux George et leurs cinq filles. Sur ce carnet elle avait noté tous les renseignements qu’elle avait pu récolter sur le Campement perdu, entre autres…

Les pionniers étaient, à peu près, au nombre de quatre-vingt-dix, et parmi eux des enfants.  Cette expédition a été tragique car bloqués dans le blizzard après s’être séparé en trois groupes, le troisième groupe s’est perdu. On dénombre de nombreux morts, ceux qui ne sont pas morts de faim ou de froid en ont été réduits au cannibalisme et sont devenus fous. Le trésor quant à lui a disparu. A-t-il vraiment existé ou est-ce un mythe ?

Deux campements ont été retrouvés et fouillés par les archéologues mais le troisième, celui qui nous occupe dans cette histoire était resté un mystère et surnommé « le Campement perdu »

Après avoir réussi à mettre la main sur le carnet, Clive Benton entre en contact avec Nora Kelly qui travaille pour l’Institut archéologique de Santa Fé sous la direction de Jill Fugit, qui n’intéresse surtout à la gestion économique de l’institut (économies et fouilles, cela ne va pas forcément bien ensemble !)

En même temps, un homme chargé de déterrer un corps clandestinement se fait assassiner, un autre à Paris et une série de meurtres (ou disparitions bizarres) frappe mystérieusement une famille dont un ancêtre a participé à la fameuse expédition. C’est une jeune policière, Corrie Swanson, fraichement émoulue du FBI se voit confier l’enquête dans une équipe sexiste…

Sous la direction de Nora, les fouilles commencent, des corps de personnes ayant participé à la fameuse expédition, sont mis à jour. Mais, si tout se passe bien dans les fouilles, des évènements bizarres se produisent, sous fond de légendes, de fantômes, telle la légende sur une petite fille morte à l’époque et dont on a coupé la jambe pour la manger ce qui donne lieu à moultes récits la montrant en train de circuler dans la forêt en boitant…  Les esprits sont là ?

J’ai planté le décor et bien sûr, on va voir débarquer notre jeune flic, car il se passe des choses étranges, un des participants a fait une chute dans un ravin alors qu’il avait quitté le camp, pour donner une sépulture décente, notamment à la petite fille … Alors qui est honnête, qui trahit, dans cette expédition ? quels sont les intérêts de chacun alors que le trésor commence à hanter les esprits, susciter des convoitises ?

J’ai bien aimé ce roman, m’immerger dans la forêt dans la difficulté de vivre dans la Sierra Nevada, se déplaçant à cheval, se levant tôt pour fouiller le sol à la recherche d’ossements. Je me suis prise pour Indiana Jones, je le reconnais et j’ai participé activement aux fouilles comme à l’enquête… Archéologue est un métier qui m’aurait bien plu aussi, alors chaque fois qu’on parle de tombes anciennes, ou de manuscrits, ou de préhistoire j’enfile ma panoplie et je me glisse dans l’équipement d’Indiana Jones ou Bones, ou autrefois dans celui de lord Carnarvon sur le site de Toutankhamon etc. etc.

Bref, j’ai adoré! cette lecture a été jouissive pour plein de raisons. Le mélange recherche archéologique et enquête policière est équilibré, des rebondissements nous guettent, tout en surfant sur l’histoire de la Sierra Nevada et des pionniers qui n’hésitaient pas à se lancer dans l’aventure, conquête de l’Ouest, ruée vers l’or et il faut bien reconnaître que Nora et Corrie ont des personnalités bien affirmées et sont attachantes. Tout comme Maggie, la cuisinière en chef de l’équipe qui mitonne ses petits plats en racontant les légendes.

La manière dont Cora prend soin des os qu’elle trouve, notamment la boîte crânienne, la nettoyant avec délicatesse et respect est touchante. Et il faut reconnaître que les scènes évoquant le cannibalisme ne soulèvent ni nausée ni terreur.

La couverture du livre a attiré mon regard immédiatement, et il m’est alors devenu impossible de passer mon chemin!

C’est la première fois que je lis un roman de Preston & Child, et il s’agit d’une nouvelle série, dans laquelle des protagonistes ont déjà participé aux séries précédentes, mais ne pas avoir lu les romans en question n’est pas gênant, les auteurs fournissant les détails importants. Par contre, j’ai une furieuse envie de lire d’autres romans de ces deux auteurs. Ma PAL en gémit d’avance et menace de se mettre en grève….

Un grand merci à NetGalley et aux éditions de l’Archipel qui m’ont permis de découvrir ce roman passionnant que j’ai lu avec avidité, goulûment accompagnée de mon mug de thé ou de mes galettes végétariennes (clin d’œil au cannibalisme) et de m’immerger dans l’univers de ces deux auteurs que j’ai hâte de retrouver, et vu le contexte anxiogène actuel, couvre-feu confinement et autres joyeusetés, je vais faire des provisions pour soutenir un siège, notamment la trilogie des aventures de l’inspecteur Pendergast pour commencer… Et sur ce bon appétit !

#TombesOubliées #NetGalleyFrance

8/10

Les auteurs :

Depuis Relic (1995), Preston & Child forment le duo le plus réputé dans l’univers du suspense. Ensemble, ils ont signé une trentaine de romans, dont 19 mettent en scène l’inspecteur Aloysius Pendergast, du FBI, le Sherlock Holmes des temps modernes.

En langue française, leurs romans, tous parus aux éditions de l’Archipel, dont le dernier Rivière maudite, se sont vendus à plus de 1,5 million d’exemplaires. « Preston & Child renouent avec la veine de leurs premiers romans, Relic et Le Grenier des enfers. » Publishers Weekly.

Extraits :

J’ai choisi des extraits assez caractéristiques du roman et qui dévoilent très peu de choses sur l’enquête…

Benton, historien de métier, connaissait mieux que quiconque le passé de cette région californienne qui s’était trouvée au cœur de la ruée vers l’or de 1849. On distinguait encore les trouées provoquées par l’extraction hydraulique. Les puissants jets d’eau avaient remodelé le paysage en transportant d’énormes quantités de graviers, à travers des écluses conçues pour retenir les paillettes d’or. Cette époque était révolue depuis longtemps et les collines qui s’étendaient au pied de la Sierra, à soixante-dix kilomètres de Sacramento, étaient largement dépeuplées.

Sur la page de garde s’étalaient quelques mots, rédigés d’une écriture féminine précise. C’est tout juste su l’émotion n’étouffa pas Benton. Ce trésor tant convoité, ce véritable Graal de l’épopée de l’Ouest américain existait bel et bien…

Une première expédition de secours est arrivée au mois de février. Ceux qui la composaient ont découvert des scènes d’horreur défiant l’entendement. L’un d’eux a raconté par la suite avoir découvert des enfants assis sur un rondin, le visage couvert de sang, en train de manger le foie et le cœur à moitié cru de leur propre père, des restes humains éparpillés autour d’eux…

Ce qui m’amène aux raisons de ma présence ici. Ainsi que je vous l’ai expliqué, on a retrouvé les deux principaux campements : celui du Lac Truckee et celui de l’Alder Creek. En revanche ce n’est pas le cas du Campement perdu…

… Je suis obsédé depuis toujours par l’énigme du Campement perdu. Je me suis évertué à le localiser pendant six ans en suivant différentes pistes, jusqu’au jour om j’ai décidé de mettre la main sur le journal de Tamzene.

Nora partait du principe que tout ce qui était enterré là avait été apporté par les membres de l’expédition Donner. De toute évidence, le foyer et les restes du refuge de fortune des pionniers se trouvaient au creux du vallon.

Il s’agit de l’un des signes caractéristiques du cannibalisme, provoqué par l’ouverture du crâne à l’aide d’une pierre…

… Cette usure est un autre signe évident du cannibalisme. Elle est apparue lorsque le crâne a été suit.

Il y a quelques années, j’ai exhumé les restes de jeunes gens assassinés par un tueur en série au XIXe siècle. J’ai également participe à l’excavation d’un site cannibale pueblo datant de la préhistoire en Utah…

Lu en octobre 2020

Auteur :

Psychiatre à la retraite, je peux enfin m'adonner à ma passion. Lectrice assidue depuis le CP, je profite de ma retraite pour parler de mes livres, de mes coups de cœur, de mes déceptions aussi... ma PAL est gigantesque, il me faudra trois vies encore pour en venir à bout.

13 commentaires sur « « Tombes oubliées » de Lincoln Child et Douglas Preston »

    1. Idem pour moi, des piles partout en vrai et en liseuse…
      J’ai besoin de lectures sympathiques :je suis plongée dans « Apeirogon » magnifique mais j’ai besoin de respirer par moment d’où les polars en parallèle car romance ou Feel good ça ne marche pas…
      là,c’est le 1er d’un cycle donc c’était idéal…
      Pour Pendergast, ça va attendre car j’ai vu qu’il y avait 11opus donc… il y a un risque d’overdose: quand je lis trop un auteur de thriller,je me lasse le seul qui me plaît toujours autant c’est Indridason 🙂

      J'aime

    1. je ne les connaissais pas mon plus… La couverture et le thème m’ont plu et comme c’était le début d’une série, je n’étais pas perdue… En plus dépaysement complet, et immersion dans les fouilles cela m’a remonté le moral en berne 🙂

      J'aime

    1. c’est une belle découverte pour moi… J’aimerais bien lire d’autres romans de ce duo, mais j’ai vu que la série « Pendergast » comprenait au moins 11 romans alors je vais y aller en douceur 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.