Publié dans Littérature Australienne, Thriller

« Les Survivants » de Jane Harper

Après mon escale américaine, j’ai embarqué pour l’Australie, pays fascinant, pour retrouver une auteure que j’aime particulièrement :

Résumé de l’éditeur :

Kieran Elliott, trentenaire vivant à Sidney, retourne en basse saison dans sa ville natale d’Evelyn Bay, minuscule station balnéaire de Tasmanie. Ce court séjour familial fait aussitôt resurgir des souvenirs douloureux : douze ans plus tôt, à cause d’une aventure peu prudente en mer avec sa meilleure amie Olivia, deux hommes venant à leur secours ont disparu dans les flots. Depuis ce drame, de nombreux autochtones se méfient de Kieran.


À peine est-il de retour que le cadavre d’une jeune femme est retrouvé sur la plage : la colocataire d’Olivia. Tous les regards se braquent sur Kieran. Est-il un bon père de famille qui a la malchance de subir les médisances d’une petite communauté recluse ? Ou est-il vraiment un sale type ? Bientôt, la vérité éclatera au grand jour…


Dans un décor australien à couper le souffle, aussi idyllique que menaçant, Jane Harper prouve à nouveau son immense talent pour magnifiquement ficeler des intrigues et des nœuds familiaux, tout en faisant jouer à la nature sauvage un rôle primordial.

Ce que j’en pense :

Keiran est revenu chez ses parents à Evelyn Bay qu’il a quitté, à la suite d’un drame douze ans plus tôt. Sa mère est plongée dans les cartons pour déménager, son père atteint d’une maladie d’Alzheimer, tente de donner un coup de main, mais il vaut mieux le tenir à distance car il pose un sachet de thé prévu pour la poubelle dans un carton contenant des pulls par exemple.

Il ne tenait pas trop à revenir, car un drame s’est produit, il y a douze ans, alors qu’il flirtait dans les grottes sur la plage, avec Olivia. Une tempête s’est levée, il s’en est sorti de justesse, mais deux personnes, son frère Finn et son ami y ont laissé leur vie, leur bateau s’est échoué tandis qu’ils essayaient de lui porter secours.

Finn était le fils préféré des parents, et on a bien fait comprendre à Keiran qu’il était responsable de leurs morts par son imprudence. Il a quitté la ville pour prendre de la distance et tenter de vivre avec sa culpabilité, repris des études et a épousé Mia, qui était ado à l’époque du drame. Ils viennent d’avoir une petite fille Ashley. Il sait très bien que ce retour ne va se passer au mieux, mais il faut bien s’occuper un peu du père.

Pendant cette tempête, une ado de quatorze ans, Gabby, l’amie de Mia a mystérieusement disparu, mais son sac à dos ayant été rejeté par la mer, les recherches se sont arrêtées là autrefois, ce que sa mère n’a jamais accepté, et cherche des réponses.

A peine Kieran a-t-il mis les pieds à Evelyn Bay, mal accueilli par les habitants de la communauté d’ailleurs, que Bronte, une jeune serveuse du bar-restaurant, le Surf & Turf, où tout le monde se retrouve, et colocataire d’Olivia, est retrouvée morte sur la plage. Tous les fantômes vont se réveiller, chacun suspectant l’autre, et le suspense grimpe en flèche.

La plage et les grottes (qui depuis sont interdites d’accès) sont sous la surveillance d’une immense sculpture « Les Survivants », érigée en mémoire des personnes qui ont été englouties lors du naufrage du Mary Minerva censée être visible en mer comme sur terre et tout le temps !

J’ai beaucoup aimé ce roman, qui renferme des non-dits, secrets de famille, des choses qu’on pense enfouies et qui ressurgissent avec ce nouveau meurtre. On découvre des personnages intéressants, tel Ash qui se désole de voir la maison de sa grand-mère et surtout son jardin qu’il avait mis du temps à aménager, qui appartient maintenant à un célèbre écrivain, lequel fait un nettoyage par le vide pour mieux se l’approprier, ou encore Sean et son entreprise de plongée sous-marine qui veille jalousement sur son neveu Liam, dont le père a disparu avec Finn lors de la tempête…

Une scène, en particulier, est touchante : la mère de Gabby jetant un sac à dos rempli de cailloux, du sommet de la falaise, à l’endroit où sa fille a été vue pour la dernière fois, pour voir s’il va être ramené vers la plage, comme est censé l’avoir fait le fameux sac il y a douze ans, à la recherche de la vérité qui lui a été volée, puisque l’enquête a été arrêtée. Peut-on s’arrêter d’espérer quand on ne retrouve jamais le corps de son enfant ?

Le décor est fabuleux bien-sûr, et j’ai eu tellement de plaisir à retrouver l’Australie, plus précisément, la Tasmanie, j’avais des images plein la tête en refermant ce roman bien ficelé.

Je suis tombée sous le charme de Jane Harper avec « Canicule », découvert grâce à Lydia, et depuis, chaque fois que je vois passer un nouveau roman, je fonce ; seul « Sauvage » m’a échappé par inadvertance, simplement parce que je ne l’ai pas vu lors de la parution ! mais je vais bientôt réparer cette erreur…

Un grand merci à NetGalley et aux éditions Calmann-Levy qui m’ont permis de découvrir ce roman et de retrouver la plume d’une auteure que j’apprécie particulièrement.

#Lessurvivants #NetGalleyFrance

8,5/10

L’auteure :

Jane Harper vit à Melbourne. Elle a longtemps été journaliste pour la presse écrite, en Australie et au Royaume-Uni. Son premier roman, Canicule, adapté au cinéma, encensé par la presse et comblé de prix (dont le Prix des lecteurs du Livre de Poche 2018), a été un best-seller international. Sauvage, son deuxième roman, paru chez Calmann-Lévy en 2018, a reçu le Prix polar international de Cognac la même année.

Lost Man a connu un succès immédiat dans le monde anglo-saxon.

Extraits :

La Mia Sum dont il se souvenait avait quatre ans de moins que lui, à l’époque, et semblait toujours passer précipitamment devant sa maison pour se rendre à sa leçon de piano ou en revenir. Kieran ne se serait même pas souvenu de ce détail si, comme Mia l’avait dit, elle n’avait pas été la meilleure amie de Gabby. Après la tempête, tout le monde s’était soudain souvenu d’un tas de choses au sujet de Gabby Birch, s’intéressant bien plus à elle qu’ils ne l’avaient jamais fait jusque-là.

Le monument en hommage aux cinquante-quatre passagers et membres de l’équipage qui avaient péri lors de ce désastre, près d’un siècle plus tôt, se dressait à présent sur un promontoire rocheux, face au lieu de naufrages. Ce mémorial était censé être visible depuis la terre et la mer, par tous les temps.

Tous les naufrages n’avaient pas l’honneur d’être ainsi commémorés. Les eaux tasmaniennes étaient connues pour avoir fait sombrer plus d’un millier de navires, dont les squelettes rouillés se décomposaient peu à peu, faisant de ces parages un vaste cimetière sous-marin.

Keiran suivit son regard le long de la rangée de récifs qui serpentaient depuis les grottes, s’avançant vers la mer. Tout au bout, les trois statues en acier, grandeur nature, montaient la garde. Les Survivants. Serrés les uns contre les autres, ils contemplaient le large, stoïques face aux éléments, leur visages sculptés tournés pour l’éternité vers l’endroit où le Mary Minerva reposait sous les vagues…

Ce genre de communautés, il faut que les gens soient soudés pour que ça marche. Une fois que la confiance est brisée, c’est foutu. Que les gens les voient ou non, les mots restent gravés…

Lu en juin 2021

Auteur :

Psychiatre à la retraite, je peux enfin m'adonner à ma passion. Lectrice assidue depuis le CP, je profite de ma retraite pour parler de mes livres, de mes coups de cœur, de mes déceptions aussi... ma PAL est gigantesque, il me faudra trois vies encore pour en venir à bout.

19 commentaires sur « « Les Survivants » de Jane Harper »

  1. Voilà un auteur que j’ai noté grâce à toi mais que je n’ai pas encore lu, c’est ainsi à la médiathèque ses livres sont toujours sortis et je ne pense pas souvent à réserver, car alors le livre arrive quand j’en ai déjà toute une pile empruntée 🙂 je rajoute celui-ci. Merci pour ton ressenti

    Aimé par 1 personne

    1. avec les confinements à répétition (et peut-être même avant!) j’ai pris l’habitude de réserver, on a droit à 3 livres max comme cela j’ai moins tendance à me disperser 🙂
      il est aussi passionnant et addictif que « Canicule »

      J'aime

    1. je l’ai découverte grâce à Lydia qui avait beaucoup apprécié « Canicule » (sur lequel je me suis ruée )
      j’aime parcourir l’Australie au gré de ses enquêtes, toujours dans des lieux différents et des intrigues toujours différentes 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. l’Australie est un pays fascinant où tout est démultiplié et comme elle change chaque fois re région et de thème c’est une découverte chaque fois… L’approche psychologique des relations intrafamiliales est toujours intéressante 🙂

        Aimé par 1 personne

    1. elle sait très bien entretenir le suspense et faire découvrir, non seulement l’Australie mais aussi des milieux sociaux différents… On passe des porpriétés immenses avec le bétail, la nécessité de prendre un voiture pour aller chez le voisin (+ de 100km) à la mer et ses drames avec une telle aisance…

      J'aime

    1. il m’a plu autant que « Canicule » alors qu’il est totalement différent, elle sait bien varier chaque fois au niveau des lieux et des histoires
      là j’en ai pris plein les yeux avec ce petit voyage en Tasmanie 🙂

      Aimé par 1 personne

    1. « Canicule » m’avait plu, j’étais épatée et sous le charme de ce pays si différent
      celui-ci est aussi bien alors qu’elle va dans un tout autre univers, la psychologie des personnages est bien fouillée même ceux qui sont un peu les rôles secondaires.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.