« Nous, les Allemands » d’Alexander Starritt

Quand j’ai vu ce livre et sa belle couverture sur NetGalley, je me suis dit, immédiatement qu’il m’était destiné et j’en aurais probablement fait un drame, si l’éditeur n’avait pas accédé à ma demande. Il s’agit de :

Résumé de l’éditeur :

Lauréat du Dayton Literary Peace Prize, un court roman stupéfiant d’intensité, un texte riche, souvent dérangeant, sur un passé qui n’en finit pas de résonner.

Longtemps, les questions posées par Callum à son grand-père allemand sur la guerre sont restées sans réponse. Et puis, un jour, Meissner s’est décidé à raconter.

Sa vie de soldat sur le front de l’Est, les débuts triomphants, l’esprit de corps, l’ivresse des batailles, et puis le froid, la faim, la misère. Et surtout l’année 1944 quand lui et ses camarades ont compris que la guerre était perdue ; que tout ce en quoi ils avaient cru, tout ce qui les faisait tenir, l’appartenance à une nation, l’espoir d’une guerre rapide, les rêves de retour, tout était en train de s’écrouler ; que dans la déroute, les hommes ne sont plus des hommes ; que le désespoir vous fait accomplir le pire et que rien, jamais, ne permettra d’expier la faute de tout un peuple.

« Je n’ai pas été un nazi. Ce que je veux te raconter ne concerne ni des atrocités, ni un génocide. Je n’ai pas vu les camps de la mort et je ne suis pas qualifié pour en dire un seul mot. J’ai lu le livre de Primo Levi sur ce sujet, comme tout le monde. Sauf qu’en le lisant, nous, les Allemands, nous sommes obligés de penser : Nous avons commis cela. »

Ce que j’en pense :

Opa Meissner, dont on ne saura jamais le prénom, après avoir longtemps refusé de parler de son passé pendant la deuxième guerre mondiale, (il a éludé les questions de sa fille) mais confronté à son petit-fils, Callum, il finit par répondre, sous forme de lettres que ce dernier trouvera après sa mort. (En fait, sa narration commence en 1944).

Il alterne les descriptions des évènements, la lutte pour survivre, les combats avec les Russes, la faim, le froid, et ses états d’âme, son questionnement : est-il un homme bon, se sent-il coupable, culpabilité individuelle et collective, mérite -t-on d’être aimé après tout cela ? et le récit s’accompagne des légendes sur lesquelles s’est bâti le Reich, Nibelungen, la chevauchée des Walkyries de Wagner, légendes et musiques qui ont servi de propagande.

Les compagnons de cavale du grand-père de Callum sont intéressants chacun à leur manière : le poney Ferdinand, Lüttke, nazi caricatural, antisémite, antibolchévique, qui voue une haine en fait à tout ce qui n’est pas aryen, et hitlérien, Jansen, le plus sensible donc le plus sujet à la culpabilité, qui s’inquiète pour sa mère et qui finit par disparaître dans la forêt, Ottermann, Himmelsbach etc… ils sont sur le front de l’Est à défendre un Reich qui est parti en fumée, avec les suicidés de Bunker, mais ils n’en savent rien et tentent survivre, en luttant contre les Russes qui n’ont rien aux nazis au combat, barbarie quand tu nous tiens… les échanges entre eux ne manquent pas de piquant, car comment supporter Lüttke et ses diatribes ?

Opa évoque la honte, tellement différente de la culpabilité, avec des phrases magnifiques. Il raconte son internement dans les camps bolchéviques, comment il a résisté, et ensuite rencontré celle qui a redonné un sens à sa vie, et son installation comme pharmacien, mais peut-on vivre paisiblement après cela ?

Le récit est entrecoupé d’interventions de Callum, qui se demande si on peut continuer à aimer un grand-père qui a fait partie de la Wehrmacht, contre son gré en fait car c’était un étudiant consciencieux, fils de pasteur, qui était programmé pour obéir.

J’ai aimé l’utilisation de l’anaphore « nous, les Allemands », leitmotiv qui constitue la trame du récit, la base de la réflexion, opposant le particulier au collectif.

J’ai beaucoup aimé la couverture, ce loup qui hurle, appelant sa meute, qui illustre ce que l’effet meute déclenche chez un individu qui seul n’est pas violent à la base, pour aboutir aux chemises brunes qui défilent au pas de l’oie…

Qu’est-ce que nous aurions fait, si nous avions été à leur place ? On est toujours tenté de penser qu’on aurait été des héros, mais ce n’est pas si simple. Je vous renvoie, une fois de plus vers une de mes chansons préférées de Jean-Jacques Goldman, si j’étais né en 17 à…

Ce livre m’a bousculée, car comment ne pas faire le rapprochement avec la guerre en Ukraine, avec un peuple russe dont le cerveau a été lavé, essoré par la propagande du chef du Kremlin ? Le froid, la neige, la destruction de toutes les infrastructures d’un pays pour l’affamer, le faire crever de froid, cela ne peut que résonner dans notre esprit, en même temps que notre sentiment d’impuissance et notre révolte.

Hier j’ai tué une demi-douzaine d’Ukrainiens d’un obus ciblé avec professionnalisme ; aujourd’hui, je vais au ravitaillement. Voilà pourquoi tout le monde s’accorde à dire que les guerres sont une calamité. Et prendre des choses à des gens qui ne veulent pas les donner, telle est bien la réalité de la guerre.

J’ai beaucoup aimé ce livre, qui fait réfléchir, qui montre un autre visage des Allemands, car j’ai lu beaucoup de choses sur les bourreaux nazis, l’Holocauste, mais très peu sur ce qu’ont vécu ceux qui ont survécu, ont été internés à l’Est… comme toujours, quand un livre me touche profondément, je n’en parle pas forcément très bien, mais s’il vous tente, un conseil, foncez !

C’est presque un coup de cœur, en tout cas, c’est un monumental uppercut qui m’a laissée un peu sur le carreau!

Un grand merci à NetGalley et aux éditions Belfond qui m’ont permis de découvrir ce roman et son auteur.

 #NouslesAllemands #NetGalleyFrance

9,5/10

Pour en savoir davantage: « Nous, les Allemands » : apocalypse sur le front de l’Est | Les Echos

ou encore: http://Nous, les Allemands, d’Alexander Starritt : la honte ne s’expie pas (en-attendant-nadeau.fr)

Né en 1985 d’un père écossais et d’une mère allemande, Alexander Starritt a grandi au Nord de l’Écosse et vit désormais à Londres. Journaliste pour des parutions aussi diverses que NewsweekThe GuardianThe Daily Mail ou le Times Literary Supplement, il est aussi traducteur de l’Allemand, notamment de Kafka et de Stefan Zweig. Après The Beast (non traduit) paru en Angleterre en 2017, Nous, les Allemands est son deuxième roman, le premier à paraître en France.

Extraits :

Mais même si j’avais voulu te donner une réponse digne de ce nom quand tu étais ici, je n’en aurais pas été capable. Il faut que tu le comprennes : même des expériences aussi extrêmes ne restent pas distinctes dans notre mémoire à jamais.

Nous qui avons vécu cette époque, quand nous l’évoquons, et cela nous arrive de plus en plus souvent avec l’âge, nous parlons de Hitler et de l’histoire mondiale au lieu de parler de nous.

Donc, je me suis « battu », oui, mais principalement en creusant des trous, en déchargeant mon fusil, en utilisant mon expérience pour améliorer l’agencement de nos positions. Je restais pratique. Au lycée, j’avais souvent été premier de ma classe ; toute mon éducation me prédisposait à être diligent, appliqué, à ne pas me contenter du travail imposé, mais à consacrer un peu de réflexion à la manière de le faire au mieux.

Nul n’a jamais la pleine responsabilité de son propre équilibre moral. Et l’impitoyable vérité, la dure et antique vérité, c’est que vous pouvez être coupable qu’une chose qui ne dépendait pas de vous. Et moi, à titre personnel ? Telle est la question à laquelle je m’efforce ici de répondre.

Donc, pour ce qui est de savoir si mon grand-père était ou non un homme bon, vous êtes prévenus ; je suis son petit-fils et je l’adorais. Et pourtant, il s’est battu pour les nazis. Il a porté l’uniforme, il a tué des gens. Il a accompli les actes dont je vous parle ici. Je l’adorais tellement que je me demande si je lui aurai pardonné n’importe quoi. Probablement pas n’importe quoi, bien que je me sente triste rien qu’à le dire.

Nous, les Allemands, avons toujours été plus susceptibles. Et, après avoir été les nouveaux maîtres de l’Europe, nous étions devenus ces Allemands haïs, ces « salauds d’Allemands » comme disaient les Russes. Or, être haï tant qu’on gagne est une chose ; c’en est une autre dès lors qu’on perd.

Mais, nous, les Allemands, nous savons dans notre chair – et les Polonais, les Ukrainiens, les Juifs et les Russes le savent aussi – que la guerre à l’Est était la seule vraie : nue, impitoyable, affranchie de toute loi, exempte de toute compassion, une pure affaire de haine et d’annihilation. Sur huit soldats allemands tués, sept l’ont été à l’Est…

La honte, ce n’est pas comme la culpabilité ; elle n’admet pas de réparation. Les Juifs dont je parle sont morts. Ceux qui avaient mon âge à l’époque n’auront jamais donné le jour à des enfants, à des petits-enfants. La honte ne s’expie pas ; elle est une dette impossible à acquitter…

Une des raisons qui faisaient que nous nous attachions tant aux animaux, c’est qu’ils ne savaient pas que nous étions en guerre.

Chacun de nous se dit : Ce n’est pas moi qui ai fondé le parti nazi ; je n’ai déclaré la guerre à personne, moi, je n’ai envoyé personne dans les camps. Mais, nous l’avons fait.

J’avais besoin, moi, de régler ma vie sur quelque chose, et de savoir si je pouvais me considérer comme un homme bon. J’ai retourné cette question dans ma tête pendant l’essentiel de ma vie…

… Et peut-on vraiment mal agir sans en avoir l’intention ? Ce sont des questions à laisser aux prêtres et aux philosophes. Et il m’est arrivé de me dire, pendant des années d’affilée : j’étais jeune, c’est tout ; je faisais mon devoir, aujourd’hui, je m’occupe de mes enfants, de ma femme et je paye mes impôts, en quoi serais-je un homme mauvais ?

Je porte une marque d’infamie. Avec les années, j’ai compris qu’au lieu d’essayer de la laver, je devais me contenter de la porter, encore et encore…

Lu en octobre 2022

24 réflexions sur “« Nous, les Allemands » d’Alexander Starritt

    1. les avis sont partagés, sur babelio mais il y a beaucoup de personnes qui l’ont aimé.
      C’est une lecture difficile mais enrichissante. Quand je parle d’uppercut je n’exagère pas car ce livre a une résonnance particulière dans la période sombre que nous vivons 🙂

      Aimé par 1 personne

  1. Je tourne aussi autour depuis un moment, j’ai failli le retenir pour participer aux « feuilles allemandes » et puis, finalement, j’ai voulu découvrir d’autres thématiques que la seconde guerre mondiale. tant mieux si c’est une belle découverte pour toi, cela me permet de le retenir pour plus tard !

    Aimé par 1 personne

    1. c’est un livre qui fait réfléchir et certains passages sont vraiment durs, mais quelle expérience 🙂
      J’ai lu beaucoup de choses sur la seconde guerre mondiale mais peu sur cette période à part « A l’ombre des loups » qui m’a aussi beaucoup secouée !
      je ne l’ai pas retenu pour « feuilles allemandes » car l’auteur est britannique et de toute manière j’étais trop en retard dans mes lectures et chroniques pour participer au challenge …

      J’aime

  2. Un roman qui a l’air difficile mais je comprends qu’il soit poignant… Je n’en ai pas encore entendu parler il faut dire aussi que je prends beaucoup de retard à chacune des rentrées littéraires c’est la période de l’année où j’ai le plus à faire, c’est ainsi. Merci pour ton ressenti et tes extraits, je note du coup et ma liste s’allonge démesurément…

    Aimé par 1 personne

    1. il est dur, mais très intéressant par la réflexion qui accompagne la guerre sur le front de l’Est…
      J’ai fait des jolies découvertes pour cette rentrée ce qui n’était pas arrivé depuis un certain temps. J’ai limité les autofictions que je n’apprécie guère mais qui sont en augmentation (hélas pour moi!)
      J’ai accumulé beaucoup de retard à cause mes problèmes de santé, réadaptation etc. Je rattrape tranquillement . il va falloir que j’apprenne à limiter mes envies 🙂

      J’aime

  3. ça fait longtemps que je cherche un témoignage de ce genre et ils sont peu nombreux, ça m’intéresse beaucoup. Il est évident que dans un certain contexte, la plupart d’entre nous n’auraient sans doute pas mieux réagi… et l’homme peut se transformer rapidement en diable, je crois. Merci pour cette découverte !

    Aimé par 1 personne

    1. il y a peu de témoignages de ce type. J’ai bien aimé « A l’ombre des loups mais il parle plutôt du devenir des populations allemandes après l’armistice dans certaines régions …
      je vais essayer d’en trouver d’autres… On ne sait pas ce qu’on peut faire, on aimerait tous être des héros bien-sûr.
      J’avais dit à mon analyste il y a très longtemps: je me demande si j’aurais été capable de résister à la torture, comme les Résistants » et il m’avait répondu que, sous-jacent, il y avait est-ce que j’aurais été capable de torturer et ça m’avait choquée mais beaucoup fait réfléchir 🙂

      J’aime

    1. non, non, rassures-toi on n’est pas dans le monologue de François Hollande, cela revient de temps en temps mais pas à chaque page, cela souligne juste le propos quand il passe du « je » au « nous » pour atténuer un peu sa honte, sa culpabilité 🙂

      Aimé par 1 personne

  4. Merci pour cette belle chronique qui incite à la lecture d’une autre guerre.
    Je te conseille exactement dans la même veine de Mark Sullivan, La dernière vallée verte.
    Un roman dur, très dur concernant des Allemand Ukrainiens qui vont devoir tout abandonner pendant la seconde guerre 40-45.
    C’est un livre long, rempli de résistances humaines. D’aller de l’avant coûte que coûte avec parfois une bonne étoile qui passe par là.
    J’ai lu ce livre la boule au ventre. L’écrivain m’était déjà connu. D’où l’achat de celui-ci qui n’a rien à voir avec le précédent. Il se base aussi sur des faits véridiques mélangés à de la fiction.
    Merci pour ce titre et bonne soirée. Geneviève

    Aimé par 1 personne

    1. je note Mark Sullivan mais je vais attendre un peu car celui-ci remue beaucoup et entre en résonnance avec la guerre en Ukraine 🙂 cela me permettra de découvrir l’auteur!
      je cherche d’autres livres sur le sujet 🙂

      J’aime

      1. Je l’ai acheté. Tu as raison d’attendre, le titre que je t’ai proposé, pour ce qui concerne l’histoire est lourde, pesante. A la fin, l’auteur cite ce que sont devenus là plupart des personnes du livre.
        Il a écrit également « Sous un ciel écarlate », une histoire vraie, très étonnante pendant la guerre 40-45, cette fois-ci en Italie. L’histoire d’un jeune homme Italien qui sera engagé malgré lui dans cette guerre qu’il exècre. L’histoire est époustouflante et encore aujourd’hui, je puis grosso modo la raconter. L’auteur est adepte de la montagne là où il vit et raconte les parties de ski et le reste dans cette blancheur avec délectation. Il renverra l’autre côté de la médaille. Lorsque j’aurai lu celui-ci, je te dirai quoi. 😇🌈.
        Bonne soirée 🍀

        Aimé par 1 personne

      2. j’ai lu et beaucoup aimé « sous un ciel écarlate » donc j’aurai plaisir à retrouver sa plume…
        j’ai lu il y a 2 ou 3 ans un livre sur la vie d’un résistant italien héros qui a toujours souhaité resté très discret qui m’a passionnée mais je ne me souviens plus du titre.
        je m’étais procuré dans la foulée et probablement sur les conseils de l’auteur « Rapsodie italienne » qui couvre l’Histoire de l’Italie depuis 1915 jusqu’au fascisme mais plus de 700 pages alors il me lorgne sur une étagère comme quoi un livre peut provoquer de la culpabilité quand on le fait attendre 🙂 -)

        J’aime

  5. Effectivement, un point de vue peu courant sur les allemands pendant la guerre ne peut être qu’intéressant !
    Ah, cette chanson de Goldman, on y revient souvent, en tout cas, moi quand je lis ou regarde un film et que je suis dérangée par le comportement d’un personnage qui évolue dans un univers et une époque différente du miens, j’entonne souvent la première phrase dans ma tête !

    Aimé par 1 personne

  6. Ping : Alexander Starritt – Nous,… | vagabondageautourdesoi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.