Publié dans Littérature hongroise

"La Porte" de Magda Szabo

Je vous parle aujourd’hui d’un livre qui traînait dans ma PAL depuis plusieurs années et j’ai décidé de l’en sortir pour ce challenge « Le mois de l’Europe de l’Est » qui me permet de découvrir beaucoup d’auteurs :

Quatrième de couverture :

« C’est moi qui ai tué Emerence. Je voulais la sauver, non la détruire, mais cela n’y change rien. »

La Porte est une confession. La narratrice y retrace sa relation avec Emerence Szeredás, qui fut sa domestique pendant vingt ans. Tout les oppose : l’une est jeune, l’autre âgée ; l’une sait à peine lire, l’autre ne vit que par les mots ; l’une est forte tête mais d’une humilité rare, l’autre a l’orgueil de l’intellectuelle. Emerence revendique farouchement sa liberté, ses silences, sa solitude, et refuse à quiconque l’accès à son domicile.

 Quels secrets se cachent derrière la porte ?


Chef-d’œuvre de la littérature hongroise dont le succès fut mondial, prix Femina étranger en 2003, « La Porte » a été élu meilleur livre de l’année 2015 par le New York Times.

Ce que j’en pense :

Dans ce récit autobiographique, Magda Szabo nous raconte comment elle a rencontré Emerence, qu’elle a embauchée sur les conseils d’une amie pour faire le ménage, la cuisine chez elle. La première rencontre donne déjà le ton : Emerence a une stature imposante : elle a soigné son entrée solennelle, vêtue d’une robe grise, à manches longues, tout aussi austère que sa personnalité, les cheveux dissimulés sous un foulard qui ne la quitte jamais.

En fait, c’est elle qui va décider si elle accepte ou non l’emploi et dicter ses propres conditions, ses horaires qui seront on ne peut plus fantaisistes…

Une drôle de relation s’installe entre les deux femmes : Emerence méprise le travail d’écrivain de sa patronne, car pour elle, seul compte le travail manuel, physique. Elle dit régulièrement qu’il y a d’un côté les hommes qui balaient et les autres.

C’est elle qui finalement va régenter la maison, avec une austérité, et un caractère bien trempé, même le chien du couple dont elle a choisi le nom Viola, va la reconnaître comme maîtresse…

On comprend très vite que son côté « brut de décoffrage » est liée à une vie extrêmement difficile : un drame est survenu dans son enfance qui va provoquer des dégâts importants. Son père, charpentier, (comme le Christ) mais aussi ébéniste, meurt jeune. Son grand frère va être confié au grand-père, et elle sera finalement « vendue » comme femme à tout faire, à l’âge de treize ans…

Emerence a traversé l’Histoire : la Seconde Guerre Mondiale, la persécution des juifs, puis le régime communiste, mais elle livre très peu de choses sur sa vie, elle ferme son passé à double tour comme la porte de sa maison, dans laquelle personne n’est autorisé à entrer.

Elle a son groupe d’amies sur lequel elle règne aussi, abat un travail considérable, malgré son âge, passe ses hivers à déblayer la neige devant toutes les portes, de la rue, quand elle en a terminé avec la dernière, il faut recommencer, soulève des meubles aussi grands qu’elle.

Bien-sûr cette relation entre les deux femmes, paraît toxique de prime abord, car Emerence est souvent dans la maltraitance, vis-à-vis de sa patronne, comme du chien qui pourtant lui voue une véritable adoration, et seul l’époux qu’elle appelle « le Maître » mérite sa considération. En fait, le lien qui se tisse entre les deux femmes est beaucoup plus complexe…. en outre, on sait dès le départ qu’elle va se terminer de manière tragique.

J’ai beaucoup aimé ce roman, les personnages, le style de narration, les références à l’Histoire de la Hongrie, les révoltes sous la férule de l’Empereur d’Autriche, les dictateurs qui se sont succédés, le régime communiste… Je connais un peu l’Histoire de ce pays, et l’auteure, qui a fait, entre autres, des études d’Histoire m’a donné envie d’approfondir…

J’ai trouvé le style de narration original : le premier et le dernier chapitre s’appellent la porte et se répondent… l’écriture est belle…

Ce roman m’a énormément plu, c’est presque un coup de cœur et m’a donné envie de connaître davantage cette auteure : « Abigaël » et « La ballade d’Isa » notamment.

️ ❤️ ❤️ ❤️ ❤️     

L’auteure :

Magda Szabo est née en 1917, à Debrecen, capitale du protestantisme hongrois. Après des études de lettres classiques, de langue et littérature hongroise, et d’histoire, elle commence à publier après la Seconde Guerre Mondiale.

Mais, ses œuvres sont vite mises à l’index par le nouveau régime communiste au pouvoir.

Redécouverte à l’Étranger suite au couronnement de « La Porte », prix Femina en 2003, elle est progressivement devenue la figure majeure des lettres hongroises.

En 2015, « La Porte » a été élu le meilleur livre de l’année 2015 par le New York Times.

Elle est décédée le 19 novembre 2007.

Extraits :

Quand nous nous sommes parlée pour la première fois, j’aurais aimé voir son visage, et j’ai été gênée qu’elle ne m’en laisse pas la possibilité. Elle se tenait devant moi telle une statue, immobile, non pas sur ses gardes, même assez détendue, je voyais à peine son front, à ce moment-là je ne savais pas que je ne la verrais sans foulard que sur son lit de mort.

… et ce soir-là, elle n’entra pas à notre service, cela n’eût été ni digne ni convenable : Emerence s’enrôla. En partant elle prit congé de mon mari par cette formule : « je souhaite bonne nuit au maître…

Emerence n’avait trouvé de nom que pour mon mari, moi je n’étais ni madame ni rien, et cela dura tant qu’elle ne put m’assigner de place dans sa vie, tant qu’elle ne découvrit pas ce que j’étais pour elle, et comment elle devait m’appeler.

Où qu’elle travaille, il lui arrivait de laisser tomber sa tâche, parce qu’il lui arrivait à l’esprit que je pouvais avoir besoin de quelque chose, et elle n’était rassurée qu’en voyant qu’il ne me manquait rien, alors elle repartait en courant, le soir elle préparait un plat dont elle savait que je l’aimais, mais il lui arrivait aussi de m’apporter autre chose, des cadeaux inattendus, sans raison particulière.

D’une manière générale, Emerence considérait notre couple comme une énigme, elle ne comprenait pas pourquoi je me compliquais les choses, mais puisqu’il en était ainsi, elle l’acceptait, tout comme j’admettais qu’elle n’ouvre pas sa porte.

Aujourd’hui, je sais ce que j’ignorais alors, l’affection ne peut s’exprimer de manière acquise, canalisée, articulée, et je n’ai pas le droit d’en déterminer la forme à la place de l’autre.

… si un étranger, venu chez nous pour la première fois, en voyant Emerence vaquer à la cuisine, l’aurait prise pour ma tante ou ma marraine, je ne l’aurais pas détrompé, il était impossible d’expliquer la nature, l’intensité de notre relation, ou le fait qu’Emerence était pour chacun de nous une nouvelle mère, bien qu’elle ne ressemblât à aucune des nôtres.

Aux yeux d’Emerence, tout travail qu’on n’exécute pas avec les mains ou la force physique n’était que flemmardise, voire charlatanisme, pour ma part, si j’ai toujours estimé les performances du corps, je ne les ai jamais considérées comme supérieures à celles de l’esprit.

Celui qui était en haut, sous quelque auspice qu’il s’y trouve, même  s’il y était dans l’intérêt d’Emerence, n’était autre qu’un oppresseur, le monde d’Emerence connaissait deux sortes d’hommes, ceux qui balaient et les autres, tout découlait de là, peu importe sous quel mot d’ordre ou quelles bannières on célébrait la fête nationale.

Si Emerence croyait en quelque chose, c’était au temps, dans sa mythologie personnelle, le Temps était le meunier d’un moulin éternel, dont la trémie déversait les évènements de la vie dans le sac que chacun apportait à son tour.

Ce n’était vraiment pas facile, mais je ne pouvais rien y changer : c’est elle qui réglementait notre relation, et elle en réglait le thermostat avec économie et rationalité.

Lu en mars 2020

Auteur :

Psychiatre à la retraite, je peux enfin m'adonner à ma passion. Lectrice assidue depuis le CP, je profite de ma retraite pour parler de mes livres, de mes coups de cœur, de mes déceptions aussi... ma PAL est gigantesque, il me faudra trois vies encore pour en venir à bout.

29 commentaires sur « "La Porte" de Magda Szabo »

    1. je l’ai découverte sur Babelio, ce roman était dans ma PAL depuis quelques années….
      J’aurais dû le lire plus tôt mais je pense qu’il y a un moment pour découvrir un auteur, il faut être prêt (pour moi en tout cas!)
      j’en ai d’autres qui dorment comme ça 🙂

      Aimé par 1 personne

  1. C’est un roman que j’ai vraiment adoré moi-aussi et je ne regrette pas d’avoir découvert l’auteur ! Merci pour cette belle chronique. Comme toi je continuerai à la lire quand la médiathèque rouvrira ses portes. Bon week-end

    Aimé par 1 personne

    1. je l’avais pas trouvé à la BM à l’époque… cela explique aussi une partie du temps perdu…
      I l y a d’autres auteur(e)s pour lesquels c’est compliqué, donc je les achète, d’où la PAL vertigineuse…
      en tout cas c’est une belle découverte et je vais essayer de me procurer les 2 autres (ceux qui ont eu le plus de critiques sur Babelio dans un 1er temps…
      Bon week-end à toi aussi 🙂

      J'aime

  2. J’avais aimé, au point d’avoir été à 2 doigts de citer Emerence parmi les héroïnes de ma décennie bloguesque… J’ai lu par la suite Le faon, qui m’a laissé une impression mitigée. Il faudrait tout de même que je tentes un autre titre de l’autrice (Abigael a l’air pas mal, oui…).
    Ingannmic

    Aimé par 1 personne

    1. Pas loin du coup de cœur pour moi aussi, j’ai aimé tous les personnages en fait, et ils ont chacun un sacré tempérament… Ce roman va rester longtemps dans ma tête!
      je n’ai pas noté « Le faon », j’ai noté les 2 qui ont été le plus chroniqués sur Babelio…

      J'aime

    1. un roman d’une intensité rare… cette femme (Emerence) m’a vraiment plu avec sa personnalité particulière beaucoup plus fragile qu’on ne le pense…
      je l’ai trouvé en poche d’occasion récemment…
      j’espère que les autres sont aussi en poche car ils ne sont pas à la BM…

      J'aime

    1. c’est l’histoire d’une adolescente pendant la guerre, mais je n’ai pas l’impression qu’il soit classé dans la catégorie, livre jeunesse 🙂
      je vais déjà essayer de le trouver… c’est grâce au prix Femina étranger, que ses romans ont été enfin traduits et connus chez nous 🙂

      J'aime

  3. Voici une habituée de nos rendez-vous du Mois de l’Europe de l’Est. Un grand merci à toi pour ce joli billet qui convaincra à coup sûr les lectrices et les lecteurs potentiels de découvrir !

    Aimé par 1 personne

  4. Un très bon roman, un de plus de Magda Szabo. Mon épouse est hongroise et nous vivons dans son pays, elle m’avait vivement conseillé de découvrir quelques auteurs hongrois tels que Sandor Maraï, Magda Szabo et Krasznahorkai. Concernant la porte nous sommes allés découvrir les lieux, le décor original du récit, sur place à Budapest. J’ai posté quelques photos de l’endroit lors de ma publication sur ce roman.
    https://mesamisleslivres350309527.wordpress.com/2017/05/21/la-porte/

    Aimé par 1 personne

    1. belle visite: cela m’a plu de voir comment était l’immeuble, la rue…
      J’ai lu un roman de Sandor Maraï « Libération » c’est le seul que j’avais pu trouver à la BM et j’ai « Les braises » en projet…
      Par contre je ne connaissais pas du tout Krasznahorkai, je vais aller voir sur Babelio
      j’aimerais bien voir le film, Helen Mirren (que j’aime beaucoup) en Emerence, cela doit être une sacrée performance 🙂

      J'aime

    1. il est vrai bien, je regrette d’avoir attendu aussi longtemps, mais cela valait le coup, l’histoire est belle et Emerence m’a subjuguée. C’est presque un coup de cœur
      je vais essayer d’en découvrir d’autres 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.