« Un dangereux plaisir » de François Vallejo

Chronique très sobre aujourd’hui avec :

 

Un Dangereux Plaisir de François Vallejo

 

Résumé de l’éditeur :

 

En dépit de la nourriture que ses parents lui imposent et qu’il rejette avec constance, Élie Élian s’attarde à l’arrière du restaurant qui s’est ouvert dans son quartier. Les gestes qu’il observe, les effluves dont il se délecte sont une révélation : il sera chef-cuisinier. Son passage dans l’établissement de la veuve Maudor sera déterminant. Elle l’initie à l’amour fou et lui offre d’exercer son incroyable génie culinaire. Puis ses errances dans un Paris en proie aux émeutes le mèneront jusqu’au Trapèze, le restaurant où son destin de magicien des sens, des goûts et des saveurs s’accomplira.

 

Ce que j’en pense

 

Déjà, cela ne démarrait pas très bien, l’auteur prévenant le lecteur en disant : « C’est un roman de la Bouffe, de la Faim et de L’Appétit  » !

Tout commence avec un petit garçon, Elie Elian, obligé chaque jour, à terminer son assiette par ses parents, alors que sa mère cuisine mal, et que les plats n’ont aucun goût.

L’enfant rêve d’odeurs, de saveurs alors qu’il est obligé de mâchouiller et surtout de ne pas tricher en vidant son assiette même avec beaucoup d’inventivité.

Il passe tous les jours en rentrant chez lui devant un restaurant réputé, mais son attirance va, non vers la vitrine, mais vers l’arrière de la boutique où s’affairent les commis, les cuisiniers…

Il veut être cuisinier plus tard, au grand dam de ses parents : si tu fais ce métier surtout n’utilise pas notre nom (ce serait déchoir !)

Le rythme est lent, Élie répète les mêmes erreurs chaque fois qu’il arrive à se faire une place dans un restaurant. On se croirait avec Pinocchio, et ses bêtises … Je n’ai jamais pu éprouver la moindre sympathie pour le héros, donc c’est vite devenu un pensum.

Bref, j’ai tenu tant que j’ai pu (les 2/3 ?) et fini par lâcher ma lecture, car les recettes un peu étranges, les mélanges des préparations style nouvelle cuisine, la cuisine et la bouffe en général ce n’est pas trop mon truc (en lecture du moins, mais je suis également incapable de suivre une émission culinaire et encore moins les toutes les shows : le meilleur pâtissier et ses dérivés)

C’est la première fois que je lis un roman de François Vallejo et je suis passée complètement à côté,  alors que j’ai plutôt tendance à donner le plus longtemps possible une chance à un auteur de me convaincre…

 

Lu en novembre 2019

16 réflexions sur “« Un dangereux plaisir » de François Vallejo

  1. patricia

    Je me retrouve un peu dans ce petit garçon obligé de terminer son assiette alors que la nourriture qu’on lui sert est insipide.. Comme lui, j’aspirais a plus de saveurs que ma grand’mêre, par contre, parvenait à donner à ses plats.
    Cela aurait pu être un beau sujet à traiter mais peut-être un peu trop rebattu en ces temps de télé-réalités.
    Je ne retiendrai donc pas ce livre..merci Eve 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne connais pas du tout cet auteur et donc je ne peux te donner mon avis, tout ce que je sais c’est qu’il faut souvent s’accrocher pour découvrir les œuvres édités par Viviane Hamy…et donc il faut choisir ses moments pour les lire et les apprécier. Belle journée et merci pour ton ressenti, cela arrive que la rencontre ne se fasse pas

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.