Publié dans Lectures anciennes

« Elle s’appelait Sarah » de Tatiana de Rosnay

Retour sur une lecture ancienne avec:

 

Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay

 

Résumé de l’histoire:

 

            L’histoire commence le 16 juillet 1942, dans un appartement parisien où habite une petite fille, Sarah avec ses parents et son petit frère Michel. Les policiers frappent à la porte violemment alors que son père est caché quelque part dans une cave car la rumeur court qu’il va peut-être y avoir des arrestations dans les familles juives.

            Prise de panique, elle cache son petit frère dans un placard dérobé, invisible pour qui ne le connaît pas en lui promettant de revenir le chercher plus tard.

            Bien sûr c’est le début d’un épisode sombre de la guerre : la rafle du Vel d’Hiv, tristement célèbre où vont être déportés des milliers de Juifs dont 400o enfants.

            Julia Jarmond est une Américaine, vivant à Paris depuis ses études, mariée à un Français issu d’un milieu bourgeois, architecte, très imbu de lui-même avec lequel elle a eu une petite fille prénommée Zoé âgée d’une dizaine d’années. Elle travaille pour un journal américain destiné aux américains vivant en France et son patron lui demande d’écrire un article sur la rafle du Vel d’Hiv dont cela ca être le 60ème anniversaire.

            Son mari l’emmène dans l’appartement de sa grand-mère entrée depuis peu en maison de retraite car il a le projet de le refaire pour aller l’habiter. Cette idée de plaît pas trop à Julia.

            Les deux histoires se déroulent en parallèle. Julia ne connaît pas ce qui s’est passé en juillet 1942 et elle va chercher sur Internet tout les documents qu’elle peut trouver, rencontrer des gens qui s’intéresse au sort des Juifs et aux camps de concentration, d’autres dont la famille a été déportés et a péri dans les chambres à gaz. Elle découvre avec surprise que c’est la police française qui a organisé, planifié avec minutie la rafle. Elle découvre l’horreur.

            Tandis que l’enquête de Julia avance, l’histoire de Sarah continue. La petite fille explique ce qu’elle voit, ce qu’elle comprend dans les événements qui s’enchaînent : le départ des cars vers le Vel d’Hiv, l’entassement sans manger sans boire, sans sanitaires, les suicides, les pleurs, la peur. Puis le parcours à pied pour se rendre à la gare pour les emmener à Drancy, la séparation les hommes d’un côté, les femmes et les enfants de l’autre, puis une deuxième séparation, on arrache les enfants à leur mère. Sarah pense sans cesse à son petit frère à qui elle a promis de revenir le chercher, elle l’a trahi comment va-t-il s’en sortir…..

            Dans la famille de Julia, il y a d’autres souffrances, enfin d’une autre sorte, elle a fait de multiples fausses couches, au fur et à mesure que ses recherches avancent, elle sent qu’il y a un secret dans la famille de son mari.

            On va découvrir peu à peu qu’il existe un lien entre la famille de Sarah et celle du mari de Julia, Bertrand. Mais le poids du secret est là. Le  couple de Julia bat de l’aile. Et elle s’aperçoit qu’elle est enceinte et je vous laisse découvrir la suite.

 

Ce que j’en pense :

 

          Ce roman repose sur deux histoires qui se déroulent en parallèle, un chapitre consacré à l’histoire de Sarah, le suivant consacré à celle de Julia comme un concerto à deux instruments type le concerto pour violon et harpe de Mozart, à 60 ans d’écart. Celle de Sarah est poignante, elle nous plonge dans l’horreur, on a beau savoir ce qui s’est passé, cela reste en quelque sorte abstrait pour nous qui n’avons pas vécu à cette époque.

          Ici, la petite fille nous raconte les choses avec ses mots à elle, percutants, dans l’émotion au départ et après avec de plus en plus de froideur car c’est la seule façon pour elle de s’en sortir.

          En quelques jours, la petite fille de 10 ans est devenue une adulte. Elle résiste car elle a promis à son frère de revenir le chercher.

          Julia est l’américaine type, elle laisse sortir ses émotions au fur et à mesure de ce qu’elle découvre. Parfois, elle est énervante car elle semble donner des leçons, elle nous pousse à nous sentir coupable de n’avoir rien fait, de n’avoir pas voulu savoir et c’est pour cela qu’elle est attachante. (C’est vrai, j’avoue je ne connaissais pas les camps du Loiret notamment Beaune-la-Rolande.)

          Elle est extravertie alors que nous traînons cette vieille culpabilité due à notre éducation judéo-chrétienne avec le cortège des secrets de famille, des émotions tues car on ne doit pas se donner en spectacle et ça nous dérange. Et surtout elle pose la question qui hante (et que Jean-Jacques Goldman à si bien exprimé dans sa chanson « si j’étais né en 17 à … aurais-je été meilleur ou pire que ces gens…» » , de quel côté aurait-on été : résistants ou collabo ? « on ne saura jamais vraiment ce qu’il y a dans nos ventres… »

          J’aime ce personnage, car je la comprends et j’aime son combat pour la justice, la reconnaissance de ces crimes sur lesquels Jacques Chirac s’exprimera, ce sera la première fois qu’un Président de la République française osera reconnaître que la France a eu des responsabilités en 1942.

          Elle mène en parallèle un autre combat : alors qu’elle est plongée dans la mort des enfants juifs, elle se retrouve enfin enceinte et son mari lui demande froidement d’avorter car il ne veut pas de bébé, il veut vivre en bon égoïste qu’il est.

          Tous les personnages du roman sont intéressants, la grand-mère Mamé haute en couleur et en énergie, le père de Bertrand dont la personnalité se modifie à mesure que Julia découvre des choses du passé et une complicité s’installe entre eux d’ailleurs, Zoé qui soutient sa mère dans ses recherches avec de plus en plus d’enthousiasme.

 

Et aujourd’hui:

 

J’ai beaucoup aimé ce livre. Ce sujet me tient particulièrement à cœur. J’avais été séduite par le film où Kristin Scott-Thomas est éblouissante et c’est le film qui m’avait poussée à lire le roman.

Je suis plus nuancée qu’à l’époque, car Tatiana de Rosnay joue avec nos émotions, l’héroïne se posant parfois en donneuse de leçon, mais c’est important de le lire, et de le faire lire aux ados…

L’émotion est donc toujours là , ce livre est très présent dans ma mémoire, surtout avec les populismes qui montent inexorablement, le négationnisme qui surfe allègrement sur la vague…

 

 

Extraits :

 

         « C’est dans mon adolescence que j’ai senti les premiers appels de la France, une fascination insidieuse qui grandissait à mesure que le temps passait. pourquoi la France ? Pourquoi Paris ? La langue française m’avait toujours attirée. Je la trouvais plus douce, plus sensuelle que l’allemand, l’espagnol ou l’italien..

 

            Quand j’ai découvert Paris pour la 1ère fois, ce sont ses contrastes qui m’ont ensorcelée. Les quartiers rudes et populaires me parlaient autant que les quartiers haussmanniens. Je voulais tout savoir de ses paradoxes, de ses secrets, de ses surprises. J’ai mis vingt ans à me fondre dans cet univers, mais j’y suis parvenue. »

 

            « Dans la vie douce et protégée d’avant, qui semblait à présent si lointaine, la fillette aurait cru sa mère. Elle croyait tout ce que disait sa mère. Mais dans ce monde nouveau et cruel, la fillette semblait plus grande, plus mûre. Elle avait la sensation d’être plus âgée que sa mère. Elle était sûre que les autres femmes disaient la vérité. Elle savait que les rumeurs étaient fondées. Elle ignorait en revanche, comment expliquer cela à sa mère. Sa mère, qui était devenue une enfant. »

 

            « Des enfants avaient déjà quitté le camp, escortés par les policiers. Elle les avait suivis du regard, frêles créatures en haillons au crâne lisse. Où les emmenait-on ? Etait-ce loin ? Allaient-ils rejoindre les mères et les mères ? Elle en doutait. Rachel aussi en doutait. Si tout le monde devait aller au même endroit, pourquoi la police avait-elle séparés les parents des enfants ? Pourquoi tant de souffrance, tant de douleur ? C’est parce qu’ils nous haïssent lui avait dit Rachel de sa drôle de voix éraillée. Ils détestent les Juifs. Pourquoi cette haine ? elle n’avait jamais haï personne dans sa vie, à l’exception d’un institutrice »

           

 

Lu en août 2013

13 commentaires sur « « Elle s’appelait Sarah » de Tatiana de Rosnay »

      1. je rectifie: ce n’est pas de la chanson de Goldman que je parlais, c’est de Tatiana de Rosnay
        c’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai la vidéo 🙂
        je suis très fatiguée alors je bugue un peu en ce moment
        bon WE à toi aussi

        Aimé par 1 personne

    1. je ne m’étais pas posé la question : vrai ou pas, j’ai aimé l’histoire je trouve que c’est de l’avoir lu une fois surtout pour les ados et les sensibiliser. Je n’ai pas lu d’autres romans de l’auteure car ses autres titres ne me tentaient pas,..

      J'aime

  1. C’est un roman bouleversant que j’avais moi aussi beaucoup aimé ! Par contre encore une fois je n’ai pas vu le film mais si un jour j’en ai l’occasion je le ferai…Merci pour tes extraits, ils sont marquants en effet et il me semble que c’est hier que je l’ai lu alors que cela fait bien au moins 4 ans ou plus, j’irai voir la date sur mon blog 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. je l’ai lu en 2013… Le film m’a bien plu
      Pour sensibiliser les ados c’est bien
      avec le recul c’est l’impression qu’elle joue sur les émotions du lecteur qui me gêne un peu 🙂
      il est vrai que depuis j’ai lu des livres plus puissants (cf. « ces rêves qu’on piétine » …)

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.