Publié dans Littérature Royaume-Uni, Polars

« Mensonge » de J.P. Delaney

Je vous propose aujourd’hui un détour par le polar avec ce livre assez atypique:

 

 

 

Résumé de l’éditeur :

 

« Un thriller sombre et obsédant… Une superbe évocation des émotions contradictoires qui hantent tout un chacun. » Daily Mail

Claire, étudiante anglaise en art dramatique, finance ses études d’une manière peu conventionnel e : elle flirte, pour le compte d’un cabinet d’avocats spécialisé dans les divorces, avec des hommes mariés suspectés d’infidélité. Lorsque la femme de l’un d’entre eux est retrouvée morte, tout change… La police exige de Claire qu’elle utilise ses talents d’actrice pour faire avouer le mari. Dès le début, elle n’est cependant pas sûre du rôle qu’elle doit jouer dans cette mise en scène mensongère, mais elle ne veut pas non plus que les enquêteurs la questionnent sur la nuit du meurtre. Bientôt, Claire se rend compte qu’elle est en train de jouer le rôle le plus mortel de sa vie…

 

 

Ce que j’en pense

 

Le rideau s’ouvre sur une chambre d’hôtel, dans laquelle une personne est allongée sur le lit, un drap sur la tête. La femme de ménage soulève de drap et découvre une femme morte avec des traces de violence…

Ensuite, pleins feux sur Claire Wright, jeune comédienne au passé douloureux, orpheline, ayant vécu chez familles d’accueil nombreuses et variées. Elle a été contrainte de fuir Londres, où elle commençait à avoir un certain succès au théâtre, après une histoire d’amour avec un comédien marié, tordu pour lequel coucher avec ses partenaires ne compte, pas, cela fait partie du « packaging ».

Elle suit les cours de Paul, dans une école d’art dramatique, reconnue mais chère, alors pour payer le loyer, elle se fait embauchée par un cabinet d’avocats, pour jouer la comédie et piéger les hommes dans des situations d’adultère.

Un jour, une femme lui demande de tendre un piège à son mari, elle l’aborde dans un bar, alors qu’il a, à côté de lui, un exemplaire des fleurs du mal. Le piège ne fonctionne pas et surtout la femme est retrouvée morte, assassinée.

Qui est le coupable ? Tout l’entourage est soupçonné : Claire, Patrick le mari, Henry l’avocat qui l’a engagé, ou s’agit-il d’un simple voleur ?

La police, avec l’inspecteur Durban et une psy criminologue, Kathryn , vont faire appel à ses talents de comédienne pour démasquer Patrick, le mari… Claire ayant du mal à voir le mari comme un pervers…

J.P. Delaney multiplie les fausses pistes, avec un autre personnage principal : Baudelaire, dont le recueil « Les fleurs du mal » est omniprésent dans l’esprit délirant psychopathe du tueur. Je me suis promenée avec plaisir, (volupté ?), du côté de la Vénus blanche Apollonie et de la Venus noire, Jeanne la maîtresse du poète, j’ai relu des poèmes que je ne connaissais pas ou que j’avais oubliés et l’auteur a rafraîchi ma mémoire avec les démêlés de Baudelaire avec la justice…

La réflexion de l’auteur sur le mensonge est très intéressante, ainsi que la manière dont il suggère que les comédiens jouent un rôle à la scène et continuent à jouer dans la vie, avec une notion très floue des limites parfois ou également, la limite, tout aussi floue, avec la personnalité histrionique … de plus, pour rester dans le domaine du théâtre, Patrick crée une pièce sur les rapports de Baudelaire et ses Venus…

Parfois, j’ai perdu de vue la trame policière, ce qui est un comble quand on lit un polar !!!! on s’immerge dans le darknet avec les amateurs de sadomasochisme, une manière de plus de promener le lecteur.

Donc, j’ai aimé, mais j’attendais plus, je le reconnais, même si la chute est inattendue, car à force de mélanger les genres, le suspense n’est plus là…

Un grand merci à NetGalley et aux éditions Fayard qui m’ont permis de découvrir un auteur original.

 

#Mensonges #NetGalleyFrance

 

 

L’auteur

 

J.P. Delaney est le pseudonyme d’un écrivain qui a écrit plusieurs romans à succès sous d’autres noms.

Son premier thriller psychologique, « La Fille d’avant », paru en 2017 aux Éditions Mazarine, a été un succès et phénomène mondial avec des millions d’exemplaires vendus.

 

Extraits

 

Il s’agit de s’immerger dans la vérité émotionnelle d’un personnage, jusqu’à ce qu’elle devienne une partie de vous-même.

Dans les écoles d’art dramatique new-yorkaises, on ne vous apprend pas à jouer. On vous apprend à devenir.

 

Quand vous avez grandi dans des familles d’accueil, vous avez une certaine expérience de la vie. Mais vous avez besoin d’aimer et d’être aimé. Et, c’était l’homme le plus beau que j’avais jamais rencontré, le plus passionné, le plus romantique. Capable de réciter les monologues amoureux de Shakespeare comme s’ils avaient été écrits pour lui.

Moralité : Ne jamais tomber amoureux d’une personne qui préfère prononcer les paroles de quelqu’un d’autre.

 

Un des exercices que nous impose Paul consiste à parcourir les rues de New-York dans la peau de notre personnage, et à adresser la parole à de parfaits inconnus. Quand vous avez fait ça plusieurs fois, vous avez le cuir tanné.

 

Le sado-masochisme est une chose très intéressante, d’ailleurs. Pourquoi est-ce devenu à la mode ? …

… Il se peut que cette déviance soit simplement le revers du libertarisme. A partir du moment où les gens pensent qu’ils ont l’endroit de rechercher le plaisir aux dépens des normes sociales, vous vous retrouvez avec un certain nombre d’individus, restreint mais grandissant, en marge, qui ne comprennent pas pourquoi ils ne pourraient pas assouvir leurs instincts les plus sombres et les plus prédateurs.

 

Le sexe peut être un test pour n’importe quelle relation. Ainsi que l’a dit Flaubert, l’ami de Baudelaire : il ne faut pas toucher aux idoles, la dorure en reste sur les mains.

 

Il (le TPH : Trouble de la Personnalité Histrionique) se caractérise par une recherche constante de l’approbation, l’impulsivité, le besoin permanent de séduire les autres, les comportements sexuels à risque, la versatilité, le goût de la manipulation, la recherche de l’excitation, la peur de l’abandon et une tendance à déformer, à ignorer ou à mal interpréter la réalité.

 

Ça arrive tout le temps avec les comédiens. Ils tombent amoureux de leur partenaire. On appelle ça des « Showmances » . C’est du toc. Disons que ça m’arrive plus souvent qu’à d’autres.

CHALLENGE 1% 2019 

 

Lu en septembre 2019

Auteur :

Psychiatre à la retraite, je peux enfin m'adonner à ma passion. Lectrice assidue depuis le CP, je profite de ma retraite pour parler de mes livres, de mes coups de cœur, de mes déceptions aussi... ma PAL est gigantesque, il me faudra trois vies encore pour en venir à bout.

17 commentaires sur « « Mensonge » de J.P. Delaney »

  1. J’étais certaine de t’avoir mis un commentaire…Je ne le vois pas mais comme il y a des bugs sur ma connexion en ce moment 🙂 C’est un livre que je vois beaucoup sur la toile en ce moment. Je l’ai noté et j’espère le trouver en médiathèque. Merci pour tes citations qui me permettent de découvrir le style de l’auteur…car je n’ai pas encore lu non plus « la fille d’avant »

    Aimé par 2 personnes

    1. le sujet est intéressant mais l’auteur n’en a pas tiré tout ce qu’il pouvait alors il reste un désarroi quand on le referme, à cause de la fin surtout 🙂
      je tenterai « La fille d’avant » qui a eu beaucoup de succès pour me faire une idée plus précise…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.