Publié dans Littérature suédoise, Polars

« Studio 6 » de Liza Marklund

Je vous parle aujourd’hui d’un polar dont la jolie couverture me tentait sur NetGalley :

 

 

 

Résumé de l’éditeur

 

Annika Bengtzon est chargée de répondre aux appels de la Hot Line de La Presse du soir, quotidien suédois à sensation où elle est stagiaire. Un jour, un anonyme lui livre un scoop : le corps nu d’une jeune fille a été découvert dans un cimetière de Stockholm. Elle a visiblement été étranglée. C’est le meurtre de l’été ! Le rédacteur en chef met Annika sur le coup. La victime s’appelait Josefin, elle n’avait que dix-neuf ans et travaillait au Studio Sex, une boîte de nuit porno. Contre toute attente, son enquête la conduit à un ministre.

​Comment s’est-il retrouvé impliqué dans cette affaire sulfureuse ? Quels secrets cache-t-il ? Pour devenir journaliste, Annika va devoir le découvrir. Mais à quel prix ?

« La reine du polar scandinave » – Henning Mankell

« Choisir un livre de Liza Marklund c’est rester éveillé jusqu’à l’aube » – James Patterson
« Un suspense à vous faire tomber de votre chaise » – Harlan Coben

 

 

Ce que j’en pense

 

J’ai choisi ce roman car les polars nordiques me plaisent énormément…

L’intrigue démarre de manière intéressante avec la découverte d’une jeune femme assassinée dans un cimetière. Elle a bien été remarquée tôt le matin par une femme d’un certain âge qui promenait son chien, mais elle a pris la fuite car ledit chien avait commencé à manger un doigt de la main de la victime…

La nouvelle du meurtre arrive sur la Hotline d’un journal sur laquelle intervient Annika, journaliste stagiaire. La victime que l’on finira par identifier s’appelle Josefin et travaillait comme strip-teaseuse dans une boîte de nuit tendance porno Studio Sex (fine allusion à une émission de télévision Studio six aux pratiques de caniveaux…

L’enquête nous entraîne, nous perd même parfois, sur des pistes variées : un homme politique, qui reçoit dans un appartement caché des jeunes femmes, limites prostituées, avec un détour intéressant vers des comportements de ministres et d’un parti politique pur le moins douteux, puis on fait un détour vers le milieu de la pornographie alors que l’auteure nous distille des fragments du journal intime d’une jeune femme victime de maltraitance de la part de son compagnon dont on apprendra l’identité bien plus tard.

En fait, ce roman est très surprenant. Tout d’abord, c’est une jeune journaliste stagiaire Annika Bengtzon, qui semble mener l’enquête alors que le commissaire apparaît seulement de temps en temps. De plus les protagonistes sont plutôt étranges.

Liza Marklund décrit sans complaisance le milieu du journalisme, à sensation ou non, où tous les coups sont bons pour obtenir un scoop, puis une embauche lorsqu’on est stagiaire comme Annika, les dérives de la télévision qui font tout sauf de l’information et privilégie le sensationnel, quitte à mentir et salir les réputations…

L’auteure évoque aussi la maltraitance dont sont victimes les femmes manipulées par des pervers.

J’ai apprécié le côté scandale politique, avec le gouvernement social-démocrate qui a fiché tous les citoyens pour pouvoir faire pression et se maintenir au pouvoir…

Ce roman permet de passer un bon moment, mais je reste sur ma faim, n’est pas Arnaldur Indridason (ou Henning Mankell) qui veut, malgré ce que prétend la couverture…

Un grand merci à NetGalley et aux éditions HLAB qui m’ont permis de découvrir ce roman et son auteure.

 

#Studio6uneEnquêteDannikaBengtzon #NetGalleyFrance

 

 

L’auteur

 

Eva Elisabeth « Liza » Marklund est auteur, journaliste, chroniqueuse et ambassadrice pour l’Unicef. Elle s’est inspirée de sa propre expérience de journaliste pour écrire la série Annika Bengtzon.

Auteur de bestsellers, elle est le deuxième écrivain suédois, après Stieg Larsson, à arriver en première place du New York Times.

Son premier roman, « Studio Sex » (2000), a été vendu à plus d’un million d’exemplaires en Suède et traduit dans vingt pays.

 

Extraits

 

Ce n’est qu’en sa compagnie que je suis un être humain à part entière. Il est la condition à ma vie, le sens de ma vie. Je sais que je représente la même chose pour lui. Nous avons reçu le plus grand des présents.

« Ne me quitte jamais, dit-il, je ne peux pas vivre sans toi » … Et je le promets.

 

Les années cinquante ? C’est l’âge de pierre pour ceux de ta génération…

 

Crois-moi, IB (bureau de renseignements) est le talon d’Achille des sociaux-démocrates, c’est leur grande, leur énorme erreur. Et, en même temps, c’est ce qui leur a permis de se maintenir au pouvoir. Ils font leur possible pour passer leurs méfaits sous silence. Par l’intermédiaire de la Sapo, (organisation des délégués sociaux-démocrates sur les lieux de travail) ils ont fiché toute la population suédoise. Ils ont poursuivi des personnes pour leurs opinions, ils les ont isolées, ils se sont arrangés pour qu’elles soient licenciées. Ils continueront à mentir tant qu’il n’y aura pas de preuve irréfutable.

 

En temps de guerre, tous ceux qui se trouvaient sur la liste devaient être arrêtés. En temps de paix, ils pouvaient avoir quelques difficultés à trouver du travail. Ils étaient exclus des responsabilités syndicales. Il n’y avait pas besoin d’être communistes pour se retrouver sur la liste.

 

Nous mourrons tous, dit sa grand-mère en riant. Il faut prendre soin de soi et ne rien faire dans la précipitation. Rien ne sert de fuir devant la douleur, elle finira toujours par te rattraper. Laisse-là te submerger, et quand tu referas surface, tu seras plus forte.

 

Lu en juillet 2019

Auteur :

Psychiatre à la retraite, je peux enfin m'adonner à ma passion. Lectrice assidue depuis le CP, je profite de ma retraite pour parler de mes livres, de mes coups de cœur, de mes déceptions aussi... ma PAL est gigantesque, il me faudra trois vies encore pour en venir à bout.

6 commentaires sur « « Studio 6 » de Liza Marklund »

    1. l’intérêt : excellent quand on doit passer beaucoup de temps aux Urgences (c’est ce qui s’est passé pour moi, cela permet de patienter en attendant que mon mari soit pris en charge, sans se prendre le chou 🙂

      J'aime

  1. Dommage ! Je me disais, chouette un nouvel auteur nordique que je ne connais pas ! Merci pour ce ressenti, parfois trop de médiatisation apporte son lot de déception…
    Tu parles souvent de NetGalley, il faudra que je me penche davantage sur la question à la rentrée, car je ne connais pas du tout le principe…

    Aimé par 1 personne

    1. c’est gentillet mais je préfère quand le héros est un policier…
      J’ai fait beaucoup de jolies découvertes sur NetGalley: tu t’inscris, et tu t’engages à faire des critiques : avis sur le site et lien avec ton blog.
      Quand tu choisis un livre (E-book) l’éditeur donne suite ou pas (c’est rare quand la réponse est négative) et ensuite tu as du temps pour faire ton commentaire. tu m’envoies un mail et je t’explique plus en détail 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.