Publié dans Littérature canadienne

« Le chemin des âmes » de Joseph Boyden

Je vous parle aujourd’hui d’un livre, déniché dans les romans étiquetés coup de cœur à la médiathèque :

 Le Chemin des âmes de Joseph Boyden

 

Quatrième de couverture   

 

1919. Nord de l’Ontario. Niska, une vieille Indienne, attend sur un quai de gare le retour d’Elijah, un soldat qui a survécu à la guerre.

A sa grande surprise, l’homme qui descend du train est son neveu Xavier qu’elle croyait mort, ou plutôt son ombre, méconnaissable.

Pendant trois jours, à bord du canoë qui les ramène chez eux, et tandis que sa tante essaie de le maintenir en vie, Xavier revit les heures sombres de son passé : l’engagement dans l’armée canadienne avec Elijah, son meilleur ami, et l’enfer des champs de bataille en France…

 

Ce que j’en pense   

 

J’ai terminé ce roman il y a déjà plusieurs jours, mais j’ai du mal à rédiger cette critique, tans je suis sous le charme de la plume de cet auteur, de l’histoire qu’il a racontée. J’ai envie de rester encore un peu dans son univers magique…

Joseph Boyden nous parle de la tragédie d’un peuple, les Crees, Amérindiens dont le mode de vie a été bouleversé par l’arrivée des Blancs qui les ont colonisés, les obligeant à renoncer à leur mode de vie si proche de la Nature, exterminant les plus récalcitrants, les obligeant à envoyer les enfants dans les écoles catholiques, où la maltraitance physique et morale régnait en maître absolu.

Les Crees chassait le caribou, pour se nourrir et se faire des vêtements, vivaient en harmonie avec les éléments ; le chef savait où se trouver l’animal en observant les bois de l’animal qu’ils avaient tué auparavant, les faisant brûler pour lire comme sur un parchemin, la « carte géographique » de l’endroit où chercher. Le chef avait aussi le pouvoir de voir les « mauvais esprits » et délivrer pour protéger la tribu. Mais les Blancs, les wemistikoshiv , ont imposé leurs propres lois, tuant le chef purement et simplement.

« L’assassinat de mon père avait planté au fond de mon ventre une graine dure et amère ; au fil des ans il en monta la fleur obscure de la colère. Ma mère reconnut ce qui poussait en moi. A sa façon, elle cherchait à m’empêcher d’en user pour le mal, car c’est entrer dans une spirale à laquelle on n’échappe presque jamais. » P 122

Ce chef était le grand-père de notre héros, Xavier Bird, qui était si malheureux à l’école que sa tante Niska, autrefois l’enlever pour vivre avec lui dans la forêt selon les traditions, allant jusqu’à aller chercher plus tard un autre enfant, le seul ami de Xavier : Elijah.

Les deux gamins grandissent ensemble, comme des frères et finissent par s’engager dans l’armée canadienne pour aller combattre sur le front durant la première guerre mondiale. Si Elijah s’adapte très vite devenant un tireur d’élite, Xavier ne se sent pas à sa place, mais suit son ami : ils traquent les Allemands, comme ils traquaient le gibier dans la forêt, ce qui les rend très vite indispensables.

Mais Elijah aime débusquer et tuer, devenant la coqueluche des supérieurs : on les méprise pour leur couleur de peau, comme s’ils étaient des sous-hommes, mais comme ils se comportent en héros, on les accepte mieux. Mais, pour avoir encore plus de sensations fortes, Elijah dérobe de l’héroïne et se pique en cachette…

« Nous aurons passé toute la guerre côte à côte pour nous perdre aux tout derniers jours. Un obus est tombé trop près. Il m’a lancé dans les airs, et soudain j’étais oiseau. Quand je suis redescendu, je n’avais plus ma jambe gauche. J’ai toujours su que les hommes ne sont pas faits pour voler. » P 22

On sait dès le départ, que Xavier revient de la guerre avec une jambe en moins, dépendant lui-aussi de la morphine, et c’est sa tante Niska qui va le maintenir en vie coûte que coûte, lui racontant l’histoire de la famille.

Dans ce roman, Joseph Boyden alterne les récits : ce qui se passe au front, la vie des soldats, leur quotidien, les rivalités, les chefs parfois tellement imbus d’eux-mêmes qu’ils envoient les soldats au casse-pipe alors qu’une autre solution serait possible, la souffrance de ces jeunes gens. Puis, on revient au présent, à Xavier et Niska et ce deuxième combat contre la dépendance à l’héroïne, la souffrance de l’amputation, le refus de continuer à vivre…

L’auteur a choisi de raconter la guerre, à chaque injection que se fait Xavier, pensant que sa tante ne s’en aperçoit pas, comme si la guerre était un « bad trip » ce que j’ai trouvé brillant. Les scènes de guerre, seraient, sinon, très difficiles pour le lecteur. Il en dénonce au passage l’absurdité…

J’ai vraiment eu un coup de cœur pour ce roman, et pourtant j’ai lu peu de livres sur la première guerre mondiale, m’intéressant beaucoup à la guerre suivante. J’ai trouvé des thèmes qui me touchent : les Amérindiens, leur mode de vie en harmonie avec la Nature : ils étaient écologistes avant l’heure, si l’homme blanc n’avait pas détruit toutes les autres civilisations sur son passage…

Cerise sur le gâteau: le titre est excellent…

Si ces thèmes vous touchent, et si vous faites partie des chanceux qui ne l’ont pas encore lu, n’hésitez pas, foncez !

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

 

Extraits   

 

Mon père aimait nous taquiner, ma mère, ma petite sœur et moi : il disait que nous avions la couleur de la rivière en été mais que, l’hiver venu, nous devenions pâles comme les marchands de la Baie d’Hudson, et qu’il craignait toujours de nous perdre dans la neige. P 52   

 

La Compagnie de la Baie d’Hudson entretenait chez les Crees une passion féroce pour les fourrures. En conséquence, les bêtes furent presque exterminées et l’heure arriva, pour les gens des bois, où même mes plus aguerris durent affronter un choix difficile : rejoindre les réserves ou se résoudre à mourir de faim. P 122   

 

J’étais jeune alors, et les passions de la jeunesse sont puissantes comme ces courants arctiques qui entraînent le canoë du pêcheur au large de la baie, pour le perdre à jamais. P 213   

 

J’ai remarqué que les wemistikoshiv font toujours les choses par trois.  Ils sont obsédés par ce nombre : lignes de front, de renfort, de réserve n’en sont qu’un exemple parmi tant d’autres. Leurs équipes de travail comptent toujours trois membres… Cette passion du nombre trois se communiquent de ceux qui donnent les ordres à ceux qui les reçoivent.   

 

Parfois, j’assistais aux prières où les wemistikoshiv se rassemblent et dans lesquelles ils invoquent leurs trois manitous : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. C’est peut-être la raison pour laquelle ils font tant de choses par trois. P 311   

 

Pour quelle raison nous envoie-t-on ici ? Voilà ce que je me demande, tout en crapahutant dans la boue avec les autres. J’en arrive au stade où je ne m’explique plus rien, surtout pas les mobiles de ceux qui promènent les troupes d’un endroit à l’autre, leur commandant de courir à leur mort. Je les hais pour ce qu’ils nous font faire, mais je n’en parle pas, je laisse ma haine suppurer, comme le pied des tranchées… P 380   

 

Lu en octobre 2018

Auteur :

Psychiatre à la retraite, je peux enfin m'adonner à ma passion. Lectrice assidue depuis le CP, je profite de ma retraite pour parler de mes livres, de mes coups de cœur, de mes déceptions aussi... ma PAL est gigantesque, il me faudra trois vies encore pour en venir à bout.

24 commentaires sur « « Le chemin des âmes » de Joseph Boyden »

  1. Je l’ai lu quand il est sorti (ça fait presque 10 ans non ?) et il m’avait beaucoup marqué…je n’avais pas encore mon blog et je lisais beaucoup de livres sur les indiens. Tu me donnes envie de le relire ! Les extraits sont superbes et l’histoire bouleversante…Merci d’en parler

    Aimé par 1 personne

  2. C’est un magnifique souvenir de lecture ce titre. Un point de vue inattendu sur la première guerre mondiale et une évocation saisissante des combats, et puis cette rédemption grâce aux esprits des ancêtres et la ténacité de la vieille tante… Inoubliable.

    Aimé par 1 personne

  3. J’avais bien aimé ce titre, sans que ce soit un coup de cœur, parce que j’avais eu un peu de mal à m’y plonger au départ, et que la dimension parfois surnaturelle du récit en amoindrit, je trouve, la crédibilité. J’avais en revanche fini par m’attacher fortement à Xavier..

    Aimé par 1 personne

    1. je pense que ce roman va rester longtemps dans ma tête… il y a tout un aspect de cette guerre que je connais peu, notamment les minorités amérindiennes et aussi les tirailleurs sénégalais entre autres…

      J'aime

    1. je pense que tu ne seras pas déçue mais attends d’en avoir envie 🙂
      j’aime encore mieux lire des romans sur les guerres passées car tout ce qui se passe actuellement est encore plus atroce, on ne tire jamais les leçons de l’Histoire est c’est catastrophique et cela ne peut que recommencer

      J'aime

  4. ce livre je l’ai mis dans mon top six babelio des livres que j’emmènerais sur une île déserte. Quelle plume, quel livre ! un des très grands romans de ces dix dernières années à n’en pas douter. Je découvre ton beau blog. Bravo et au plaisir de te lire encore longtemps 🙂

    J'aime

    1. j’ai failli passer à côté en fait! je ne trouvais pas ce que je cherchais à la médiathèque et dans ces cas-la je me fie au cœur rouge de la bibliothécaire. Elle m’a fait découvrir ainsi « Le Turquetto » de Metin Arditi et « Le bal mécanique » de Yannick Grannec par exemple…

      Aimé par 1 personne

      1. c’est ça qui est bien avec les médiathèques, on peut y découvrir des trésors pour notre âme ! Je te l’ai peut-être déjà dis mais j’habite juste à côté d’une médiathèque. J’en rêvais 🙂 Je note les deux livres dont tu me parles. Merci à toi 🙂

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.