Publié dans Littérature française, XIXe siècle

« La fortune des Rougon » : Émile Zola

 

Place donc à ce premier tome des « Rougon Macquart «  avec :

 La fortune des Rougon Emile Zola

 

Résumé de l’éditeur

L’histoire se situe à Plassans, une ville fictive de Provence, pendant les jours ayant suivi le coup d’état de Napoléon III. Des bandes insurrectionnelles de républicains, hostiles au coup d’état, s’étaient formées dans la région et terrorisaient les honnêtes bourgeois de Plassans. Pierre Rougon va réussir à profiter du coup d’état et de la répression qui s’en est suivie pour se faire une réputation dans la ville. Ce roman est le premier de la série les Rougon-Macquart.

 

Ce que j’en pense

 

Dans ce premier volume, on fait la connaissance des protagonistes, leurs liens de parenté, leur évolution, alors que la République est en train de trembler, le Second Empire pointant le bout de son nez. Le terrain de jeu est une ville de province imaginaire, Plassans, avec ses quartiers bien séparés les uns des autres, ses portes…

« Il y a une vingtaine d’années, grâce sans doute au manque de communications, aucune ville n’avait mieux conservé le caractère dévot et aristocratique des anciennes cités provençales. Elle avait, et a d’ailleurs encore aujourd’hui, tout un quartier de grands hôtels bâtis sous Louis XIV et sous Louis XV, une douzaine d’églises, des maisons de jésuites et de capucins, un nombre considérable de couvents. La distinction des classes y est restée longtemps tranchée par la division des quartiers. Plassans en compte trois, qui forment chacun comme un bourg particulier et complet, ayant ses églises, ses promenades, ses mœurs, ses horizons ». P 52

Emile Zola a choisi de nous présenter d’abord deux jeunes gens, Miette âgée de treize ans et son amoureux Silvère, qui se rencontrent à la tombée de la nuit pour ne pas être surpris et se découvrent. Silvère est un républicain convaincu ; il s’est instruit tout seul en lisant ce qui lui tombait sous la main et donc mal digéré selon les termes de l’auteur. Ils vont suivre le mouvement de la révolte des pauvres pour protéger la République et sont touchants, notamment Miette, enveloppée dans sa cape rouge et brandissant le drapeau.

Ensuite, l’auteur revient sur les différents protagonistes en nous décrivant la mère Adelaïde, ou tante Dide qui a eu un enfant de son premier mari : Pierre Rougon et deux autres enfants de son amant : Antoine et Ursule Macquart… On a ainsi la branche « dégénérée », pauvre, ignorante, les Macquart et celle qui va s’enrichir de manière plus ou moins brillante : les Rougon….

J’ai aimé la manière dont Zola construit ce roman, un premier chapitre qui raconte un évènement et les autres qui évoquent les personnages et leurs vies, sur fond de magouilles pour faire le bon choix et tirer les marrons du feu, opportunistes le plus souvent, retournant leur veste au bon moment estimant ne pas avoir la vie qu’ils mériteraient.

« La révolution de 1848 trouva donc tous les Rougon sur le qui-vive, exaspérés par leur mauvaise chance et disposés à violer la fortune, s’ils la rencontraient jamais au détour d’un sentier. C’était une famille de bandits à l’affût, prêts à détrousser les évènements. Eugène surveillait Paris, Aristide rêvait d’égorger Plassans, le père et la mère, les lus âpres peut-être, comptaient travailler pour leur compte et profiter en outre de la besogne de leur fils; Pascal, seul, cet amant discret de la science, menait la belle vie indifférente d’un amoureux, dans sa petite maison claire de la ville neuve. » P 99

J’avoue une préférence pour Félicité, la femme de Pierre Rougon, qui tire les ficelles de façon magistrale, avec ses réceptions tape à l’œil dans son salon jaune, tout en lorgnant sur l’appartement d’en face qu’elle rêve de conquérir. De même j’ai pris beaucoup de plaisir à détester Antoine Macquart qui représente ce qu’il y a de plus pourri dans la branche.

Adelaïde n’est pas mal non plus, avec ses crises de folie (hystérie, bipolaire ?) qui ouvre une porte durant la nuit pour pouvoir rejoindre son amant.

J’ai lu, il y a fort longtemps, « L’Assommoir » et « Germinal » mais il manquait des éléments, ce livre permet de situer tout le monde.

Une belle écriture, parfois trop d’emphase, mais le contexte historique est tellement bien utilisé (cela permet de réviser !). Zola a voulu faire pour le Second Empire, ce que Balzac avait réalisé pour la Restauration et la Monarchie de Juillet, il ne s’en est jamais caché mais « Ne pas faire comme Balzac. S’attacher moins aux personnages qu’aux groupes, aux milieux sociaux… Et il n’y a pas d’ouvriers chez Balzac » écrit-il.

Je préfère l’écriture de Balzac, même si digressions, car il est moins chirurgical. A force de vouloir étayer sa théorie, Zola est trop dans l’opposition entre le bien et le mal, il oppose les personnages de manière trop tranchée et soulève moins d’émotions chez moi. Il n’en reste pas moins que sa férocité est jubilatoire pour le lecteur.

En route pour « La Curée »!

Challenge XIXe siècle

Extraits

 

A onze heures en été, à dix heures en hiver, on fermait ses portes à double tour. La ville, après avoir ainsi pousser les verrous comme une fille peureuse, dormait tranquille. P 53

 

Pierre Rougon était un fils de paysan. La famille de sa mère, les Fouque, comme on les nommait, possédait, vers la fin du siècle dernier, un vaste terrain situé dans le faubourg, derrière le cimetière Saint-Mittre… Les Fouque étaient les plus riches maraîchers du pays et fournissaient de légumes tout un quartier de Plassans. Le nom de cette famille s’éteignit quelques années avant la révolution. Une fille seule resta : Adélaïde… P 56

 

Un paysan qui commence à sentir la nécessité de l’instruction devient, le plus souvent, un calculateur féroce. P 68 

 

Sans la moindre dot, désespérant d’épouser le fils d’un gros négociant, elle préférait mille fois un paysan qu’elle comptait employer comme un instrument passif, à quelque maigre bachelier qui l’écraserait de sa supériorité de collégien et la traînerait misérablement toute la vie à la recherche de vanités creuses. Elle pensait que la femme doit faire l’homme. Elle se croyait la force de tailler un ministre dans un vacher. P 78 (à propos de Félicité) 

 

L’autre fils Rougon, Pascal, celui qui était né entre Eugène et Aristide, ne paraissait pas appartenir à la famille. C’était un de ces cas fréquents qui font mentir les lois de l’hérédité. La nature donne souvent ainsi naissance, au milieu d’une race, à un être dont elle puise tous les éléments dans ses forces créatrices. P 92  

 

Un prêtre, lorsqu’il désespère, n’en lutte que plus âprement ; toute la politique de l’Eglise est d’aller droit devant elle, quand même, remettant la réussite de ses projets à plusieurs siècles, s’il est nécessaire, mais ne perdant pas une heure, se poussant toujours en avant d’un effort continu. Ce fut donc le clergé qui, à Plassans mena la réaction. La noblesse devint son prête-nom, rien de plus ; il se cacha derrière elle, il la gourmanda, la dirigea, parvint même à lui rendre une vie factice. P 104

 

Lu en juillet 2018

Publié dans Challenge 19e siècle, XIXe siècle

Projet de l’année 2018…

J’avais décidé de lire, cette année, « Les Rougon Macquart » de Zola dans son intégralité. Bien-sûr, à l’adolescence j’ai lu et beaucoup aimé « L’Assommoir », « Germinal » entre autres… Puis, je n’y suis plus jamais revenue: on verra à le retraite, pensais-je.

 

DSC_0206

 

La collection, toute en bleu (époque France Loisirs)  me nargue depuis longtemps dans ma bibliothèque, l’étage en dessus, en rouge, ce sont les principaux romans de « La comédie humaine » de mon ami Balzac que j’ai lus et relus davantage et de manière régulière tout au long de ma vie, alors que Zola reste lié à l’adolescence.

J’ai pris du retard car j’ai participé au jury du 17e prix du Roman FNAC : 5 romans, dont 3 pavés dont je ne pourrai parler que lorsqu’ils seront sortis en librairie. Bonne pioche!

Après ma période polars, bien pratique pendant ma cure, je commence ma lecture. J’avais emporter les deux premiers dans ma valises, mais le déclic tardait à venir. J’espère arriver à lire les vingt tomes… et j’ai tout mon temps!

Cela me permettra de reprendre mon Challenge XIXe siècle!

Bon été et bonnes lectures!

Un petit avant-goût avec l’arbre généalogique selon Wikipedia

 

Arbre généalogique des Rougon Macquart de Zola

Publié dans Littérature islandaise, Polars

« Le lagon noir » : Arnaldur Indridason

Je continue mon intermède polar avec cet opus de Arnaldur Indridason:

Le lagon noir de Arnaldur Indridason

 

Quatrième de couverture:

 

« Il est des disparitions qui hantent un homme, des enquêtes qui forgent un policier »

Le lagon bleu était un petit paradis avant qu’on y trouve un cadavre. Un ingénieur de la base américaine qui serait tombé d’un avion. Dans l’atmosphère de la guerre froide, la police s’intéresse.

 A de mystérieux vols effectués entre le Groenland et l’Islande. En parallèle, l’inspecteur Erlendur enquête sur une jeune fille disparue sur le chemin de l’école, à l’époque où la modernité arrivait clandestinement en Islande, portée par les disques de rock et les jeans venus de la base américaine…

 

Ce que j’en pense:

 

J’ai retrouvé Erlendur avec plaisir, alors qu’il vient juste d’intégrer la brigade criminelle et se trouve sous les ordres de Marion. On suit les deux policiers pour une double enquête.

Tout d’abord, une enquête actuelle dans laquelle on retrouve, dans le lagon jusque-là paradisiaque, le corps d’un homme, sans papiers d’identité, qui a visiblement été assassiné, vues les multiples contusions. Quelques heures plus tard, une jeune femme, qui a entendu parler de cette découverte, vient signaler la disparition de son frère et vérifier si le corps est bien le sien. Ceci nous entraîne dans une base américaine, où il effectuait des réparations sur des avions autour desquels plane le secret le plus glauque. De rebondissement en rebondissement, on va se trouver dans une affaire d’espionnage et notre duo aura beaucoup de mal à pouvoir avancer dans son enquête.

La deuxième enquête est en fait un « Cold case » (affaire classée est beaucoup moins sympathique comme expression !) avec une jeune fille qui a disparu trente ans auparavant. C’est le thème de prédilection d’Erlendur, déjà passionné par les disparitions inexpliquées. C’est l’enquête que j’ai préférée car on retrouve, la recherche méticuleuse du moindre fait nouveau, l’interrogatoire des personnes qui gravitaient autour de la jeune fille, et l’opiniâtreté de l’inspecteur. On retrouve ainsi des années sympathiques, où les jeunes découvraient les variétés américaines, les jeans, mais les jeunes gens, notamment les filles étaient encore soumis à l’autorité de leurs parents pour les sorties.

Par contre, j’ai été moins intéressée par l’enquête principale; certes, on apprend des choses de l’histoire de l’Islande, l’occupation américaine, le mépris des militaires pour ceux qu’ils appellent les « autochtones », pourquoi pas des être inférieurs pendant qu’on y est… ainsi que sur les trafics en tous genres, les expérimentations militaires, éventuellement des armes nucléaires cachées…

On découvre la manière dont le duo Marion-Erlendur se met en place, ce qui se passe dans leurs vies personnelles, et surtout Arnaldur Indridason met en scène une policière américaine, noire(ce qui était rare à l’époque!) qui veut bien les aider dans leur enquête

Le bémol vient du fait que je ne suis pas friande d’espionnage donc je suis restée un peu sur ma faim ! est-ce que je commence à saturer avec la technique Indridason ? à moins que la lenteur du récit et du policier, me perturbe après la lecture de « Nuit » : il se passe plus de choses en trente pages de Nimier, qu’en trois cents pages dans ce roman… un peu comme si on passait d’un épisode de « Derrick » à un épisode des « Experts » ….

Même ma critique me paraît capillotractée! Une pause semble s’imposer…. En fait, et ceci m’arrive très souvent avec les polars, qui ne sont pas mon genre littéraire préféré, mais plutôt un exutoire, au bout de quelques livres d’un auteur, je me lasse et j’abandonne: j’ai eu ma période Agatha Christie, puis Mary Higgins-Clark, que j’ai abandonnée au profit de Patricia Cornwell, qui a fini par m’excéder par sa violence et sa parano, puis  Elizabeth George

 

Extrait:

 

Un vent violent soufflait sur la lande de Midnesheidi. Venu du nord et des hautes terres désertes, il franchissait les eaux agitées du golfe de Faxafloi, puis se précipitait, glacial et mordant, sur les ondulations du paysage, saupoudrant d’une fine couche de neige les plantes rases, transies et prostrées, qui dépassaient à peine des roches et des blocs de pierre. La végétation à la merci de la mer et du vent du nord livrait une lutte incessante. Seules les plantes les plus endurcies parvenaient à survivre ici. La clôture dépassant de l’étendue désolée délimitait le périmètre de la base militaire américaine et sifflait sous l’effet des bourrasques qui s’abattaient sur les murs gigantesques du hangar à avions, au somment de la lande. Le vent redoublait d’intensité aux abords du bâtiment, comme exaspéré par cet obstacle, puis continuait sa route vers la nuit….  P 9

 

Lu en Juillet 2018

Publié dans français, Polars

« Nuit » de Bernard Minier

Encore un polar! le temps s’y prête entre la canicule la coupe du monde de foot et tutti quanti…

 

Nuit de Bernard Minier

 

 

Quatrième de couverture

 

Nuit de tempête en mer du Nord. Secoué pas des vents violents, l’hélicoptère dépose Kirsten Nigaard sur la plate-forme pétrolière. L’inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d’une technicienne de la base off-shore. Un homme manque à l’appel. En fouillant sa cabine, Kirsten découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de Martin Servaz.

L’absent s’appelle Julian Hirtmann, le tueur retors et insaisissable que le policier poursuit depuis des années. Étrangement, sur plusieurs clichés, Martin Servaz apparaît.

Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d’un enfant. Au dos, juste un prénom : Gustav

Pour Kirsten et Martin, c’est le début d’un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.

 

Ce que j’en pense

 

J’ai choisi ce roman par hasard, sans me rendre compte que c’était le troisième volet d’une trilogie. En fait, cela ne m’a pas trop gênée car l’auteur revient sur les éléments passés, ce qui permet de ne pas se perdre dans les évènements ou les personnages.

J’ai beaucoup apprécié ce serial-killer, psychopathe dans les grandes largeurs, qui a plusieurs meurtres sur le dos, disparaît quand il veut, mettant le policier sur les dents, semant des indices, fausses pistes. On ne sait plus lesquels sont les bons et les méchants parfois, mais l’histoire est tellement bien écrite que je l’ai consommée sans modération, le nez dans le guidon.

Les personnages sont tous aussi hauts en couleurs les uns que les autres, et parmi eux beaucoup de cinglés, pervers, de conduites sexuelles tordues, et les policiers ne sont pas en reste, tel ce flic du GIGN, (qui se nomme Rimbaud, ce qui ne manque pas de sel !) qui n’a qu’un seul objectif dans la vie : bouffer du flic pour que sa carrière avance plus vite.

L’auteur nous livre, au passage, un récit sympathique de l’expérience de mort imminente (EMI ou NDE pour les Anglo-saxons) que Martin traverse lors de son coma, après avoir reçu une balle tirée dans des conditions rocambolesque par un violeur récidiviste qu’il poursuivait. Au passage on a même droit à la trajectoire au ralenti de la balle en question, tel un arrêt sur image…. Notre policier est-il toujours le même après être revenu dans le monde des vivants ?

J’ai apprécié l’écriture de Bernard Minier, ce qui n’est pas toujours le cas avec les auteurs de polars. D’où le nombre d’extraits…

C’était exactement le genre de roman qu’il me fallait, en émergeant des soins dans les thermes, et avec la canicule…

Inutile de préciser que je me suis procurée les deux premiers tomes…

 

Extraits

 

Ici, la sauvagerie des temps anciens avait toujours été présente. A chaque signe de civilisation correspond un signe de barbarie, chaque lumière combat une nuit, chaque porte qui s’ouvre sur un foyer éclairé cache une porte ouvrant sur les ténèbres. P 24

 

… Il a les yeux mi-clos, il n’est pas censé voir : « coma stade II », a dit quelqu’un à un moment donné. Il n’est pas censé entendre non plus. Il est peut-être en train de rêver, qui sait ? Mais peut-on imaginer des mots comme « hémostase » – des mots qu’on n’a jamais entendus auparavant et qui, pourtant, ont un sens précis ? Il lui faudra éclaircir cette question, le moment venu. P 87

 

Toulouse était une ville qui sécrétait la délinquance comme une glande libère une hormone. Si l’université était le cerveau, l’hôtel de ville le cœur et les avenues des artères, la police, elle, était le foie, les poumons, les reins… Comme eux, elle assurait l’équilibre de l’organisme par filtration des éléments impurs, élimination éventuelle des substances toxiques, stockage provisoire de certaines impuretés. Les déchets irrécupérables finissaient en taule ou ressortaient dans la rue – autrement dit dans les intestins de la ville. Bien entendu, comme tout organe, il lui arrivait de dysfonctionner. P 127

 

Quand on a un enfant, on cesse de raisonner comme avant. Quand on a un enfant, le monde redevient dangereux, n’est-ce pas ? Avoir un enfant, c’est comprendre que nous sommes fragiles, un enfant vous rend vulnérable. P 447

 

Lu en juin- juillet 2018