Publié dans Art

« Le livre des couleurs » de Abraao ben Judah ibn Hayyim

Je vous parle aujourd’hui d’un livre splendide découvert dans le cadre de l’opération Masse critique de décembre dernier :

 Le livre des couleurs de Abraao ben Judah ibn Hayyim

 

Quatrième de couverture

C’est en 1462 – et non en 1262 comme on le croyait jusqu’ici – qu’est confectionné Le Livre des couleurs (O livro de como se fazem as cores). Il a pour auteur un juif portugais, maître imprimeur, maître teinturier et, surtout, maître enlumineur : Abraao ben Judah ibn Hayyim, marrane exilé en Italie pour échapper aux persécutions de l’Inquisition. Son traité, rédigé en judéo-portugais et transcrit en caractères hébraïques, est d’une importance capitale pour l’histoire et la pratique de l’enluminure à la fin du Moyen Age.
Mais il est aussi riche d’enseignements pour les enlumineurs d’aujourd’hui, comme Michel Larroche, qui offre ici une première traduction française de ce texte réédité, nouvellement daté et dûment annoté par un praticien de haut niveau.

 

Ce que j’en pense

Dans ce livre, Michel Larroche nous propose plusieurs étapes avant de nous donner accès au texte écrit par Abraao ben Judah ibn Hayyim.

Dans un premier temps, il nous livre toute son étude afin de dater au mieux le manuscrit. Le seul indice de départ est : 22 les deux chiffres notés par Abraao ben Judah ibn Hayyim. Il s’agit d’une année selon le calendrier juif mais laquelle ?

Pour cela il va rechercher tous les textes avec une référence à l’auteur, suivant ses traces de Loulé (Portugal) puis en Italie où il s’est réfugié après l’expulsion des juifs.

En ce qui concerne les textes retrouvés, il étudie le filigrane des documents (les croix et les couronnes utilisées à l’époque) ainsi que la numismatique (doublon d’or frappé au Portugal, écu d’or, florin d’Aragon)… Au fur et à mesure, la datation se précise et on aboutit ainsi à l’année 1462, c’est-à-dire : 5222 du calendrier hébraïque.

On se heurte au passage au plurilinguisme de  Abraao ben Judah ibn Hayyim, Marrane   (juif portugais) qui, en danger à l’époque, a mélangé  « la langue de base (un portugais archaïque transcrit en caractères hébraïques) des mots d’origine arabe ainsi que deux expressions d’origine italienne (appartenant probablement au dialecte vénitien) » P 30

D’autre part, le texte semble avoir été écrit en partie par l’auteur et en partie retranscrit par des scribes.

Ensuite, Michel Larroche va approfondir la nature et l’originalité des couleurs, selon la même méthode extrêmement rigoureuse, ainsi que l’attention portée par le calligraphe aux couleurs des encres qu’il utilise,  avant de nous proposer le texte dans son intégralité, la page de gauche écrite en portugais, celle de droite en français.

Abraao ben Judah ibn Hayyim nous livre ainsi ses secrets pour aboutir à des couleurs qui sont pour certaines à couper le souffle, tel le vert d’iris, dite vert-de-lys ou le bleu azurite appelé bleu des montagnes que j’ai beaucoup aimé dans les enluminures proposées par Michel Larroche qui sont magnifiques.

J’ai été frappée par le nombre de recettes qui utilisent l’urine humaine, mais aussi les sarments de vigne et le terme recette est très approprié car l’auteur propose un mode de cuisson : sur les braises (« asado ») pour l’utilisation de l’urine…

J’ai pris un plaisir à déguster ce beau livre, car il faut s’imprégner du raisonnement de Michel Larroche qui a fait un travail extraordinaire, entrant dans les détails pour exposer les manières de faire les compositions, nous proposant des tableaux, sans oublier la bibliographie qu’il nous fournit;  donc cela prend du temps pour assimiler…

Ce livre a un autre intérêt pour moi, sur le plan personnel : Abraao ben Judah ibn Hayyim est originaire de Loulé, la ville natale de mon mari, ce qui me donne l’occasion d’approfondir mes connaissances sur le Portugal, son histoire et l’exil forcé des Marranes  et aussi le texte en portugais que je vais étudier tranquillement….

Je remercie vivement Babelio et les éditions PUM qui m’ont fait un très beau cadeau de Noël !

Je voulais  faire partager mon enthousiasme avec 2 enluminures que j’ai scannées, mais c’était de piètre qualité donc j’ai  dû renoncer…

Pour se faire une idée:  http://www.atelierdunoblecarmin.fr/pub.php

 

L’auteur

Abraao ben Judah ibn Hayyim, marrane exilé en Italie pour échapper aux persécutions de l’Inquisition, était un juif portugais, maître imprimeur, maître teinturier et, surtout, maître enlumineur. Son traité, rédigé en judéo-portugais et transcrit en caractères hébraïques, est d’une importance capitale pour l’histoire et la pratique de l’enluminure à la fin du Moyen Age.

Calligraphe-enlumineur et chercheur, Michel Larroche se passionne pour les manuscrits médiévaux à peinture. Il concentre plus spécialement ses recherches sur les recettes et techniques de fabrication des couleurs qu’il fait renaître à travers des enluminures personnelles.

 

Extraits

 

Chapitre 8 : « Pour faire du rose »

Prends 1 once de bois brésil fin, râpe-le finement et mets-le de côté. Prends ensuite 1/4d’once de pierre d’alun et le poids de 2 deniers de blanc de plomb, pile le tout dans un mortier et mets-le de côté. Puis, verse le bois brésil dans un écuelle et ajoute les autres poudres au bois brésil. Verse dessus de l’urine jusqu’à recouvrir le tout, et laisse reposer 3 jours pleins, en remuant cependant avec un bâton 5 ou 6 fois par jour. Ensuite, filtre le contenu à travers un tissu de lin au-dessus d’un récipient en craie (ou en calcaire tendre). Laisse la craie boire le liquide : quand ce sera sec, racle-le soigneusement avec une spatule. Garde-le à l’abri de l’air, et quand tu voudras t’en servir, écrase-le avec de l’eau gommée.

 

Chapitre 45 : « Un autre vert »

Si tu veux faire un beau vert, prends des iris bleu-vert, prends de l’eau d’alun, trempes les linges dans l’alun, puis dans le jus des iris comme pour le tournesol avec l’urine.

 

 

Lu en décembre 2017

 

 

Auteur :

Psychiatre à la retraite, je peux enfin m'adonner à ma passion. Lectrice assidue depuis le CP, je profite de ma retraite pour parler de mes livres, de mes coups de cœur, de mes déceptions aussi... ma PAL est gigantesque, il me faudra trois vies encore pour en venir à bout.

14 commentaires sur « « Le livre des couleurs » de Abraao ben Judah ibn Hayyim »

  1. Une pépite, on dirait ! Qui ravit l’oeil, mais aussi l’amateur d’histoire… Ces histoires métissées incarnées par les juifs persécutés touchent au coeur.

    J'aime

      1. Bonjour, J’ai la chance de connaître l’auteur, qui est un ami. Je peux vous dire que cet homme est à l’image de son livre : généreux (il ne touche rien des ventes du livre), envie de partager ce qu’il sait, d’une extrême douceur et d’une grande humilité. Son atelier est un véritable délice pour les yeux : plumes, pinceaux, peaux, flacons, couleurs… ornent toute la pièce, j’adore! Et les enluminures accrochées sont de vraies chef d’œuvre ! Merci Michel pour ce précieux cadeau que tu nous lègue.

        Aimé par 1 personne

      2. je suis encore sous le charme!! je me replonge dans ce livre souvent, les couleurs sont magnifiques, c’est un vrai trésor:-)
        un travail d’orfèvre. C’est une découverte de hasard :j’ai noté ce livre sur une masse critique de Babelio car le titre me plaisait déjà beaucoup ainsi que ce qu’on pouvait deviner sur la couverture…
        Son atelier doit être magnifique 🙂

        J'aime

      3. Bonjour,
        J’ai beaucoup apprécié les commentaires sur le livre des couleurs et je vous en remercie. Si vous le désirez, je peux vous envoyer par mail les enluminures que vous souhaitiez transmettre. Il faudra simplement m’indiquer lesquelles exactement. Bien cordialement, Michel Larroche.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.