Publié dans 19e siècle, Littérature française

« La maison Tellier… » de Guy de Maupassant

Je vous parle aujourd’hui d’un deuxième recueil de nouvelles regroupées sous le titre « La maison Tellier »

La maison Tellier Guy de Maupassant1 

Quatrième de couverture

« Fermé pour cause de première communion » : un tel avis, sur la porte d’une maison close, n’est pas chose courante, et les habitués de la maison Tellier, de Fécamp, n’en reviennent pas. Pendant ce temps, Madame et ses cinq pensionnaires vont retrouver à la campagne, le temps d’une fête, leurs émois et leur innocence de petites filles…

A côté de ce chef-d’œuvre, huit autres nouvelles déploient ici l’éventail du génie de Maupassant. Petits employés parisiens, paysans timides, noceurs désabusés, filles rouées ou naïves : toute une humanité, où des surprenantes candeurs se mêlent à la violence des appétits et des intérêts, est dépeinte avec la couleur éclatante et le réalisme vigoureux des toiles de Renoir, de Manet ou de Toulouse-Lautrec

Ce que j’en pense

Ce recueil est composé de neuf nouvelles toutes savoureuses.

On commence par « La maison Tellier »Maupassant nous livre une description drôle, incisive, parfois ironique d’une maison close », qui est fermée à ses habitués désorientés, pour cause de … « première Communion ». On assiste au voyage de ces dames, toutes sur leur trente et un, et un moment d’anthologie avec l’accès de ferveur pendant la messe, où elles prient à genoux avec candeur sous l’œil presque attendri du vieux prêtre. On a là deux aspects de la vie de ces prostituées qui s’entremêlent : attitude respectable à l’extérieur et « débauche » dans la maison close, elles passent de l’un à l’autre de façon très naturelle.

J’ai beaucoup aimé aussi « histoire d’une fille de ferme », destin d’une jeune femme amoureuse, dont l’amant s’en va la laissant seule et enceinte. L’auteur décrit très bien la découverte de la grossesse du corps qui change, puis l’enfant qu’elle doit confier à une nourrice. Elle jongle, elle-aussi entre deux vies, le dur travail à la ferme et les visites rares à son enfant dont le maître ignore l’existence. Une longue nouvelle très plaisante à lire.

Maupassant aborde aussi, dans « Le Papa de Simon », la difficulté pour un enfant de ne pas avoir de père et la manière dont il devient le souffre-douleur des autres à l’école : les parents jasent sur la légèreté de la mère et leurs enfants reproduisent la même chose sur Paul.

Une autre nouvelle qui m’a beaucoup plu : « En famille », la vie monotone de Mr Caravan, commis au Ministère de la marine, dont la mère habite l’étage au-dessus acariâtre et pingre est retrouvée inerte. Le pseudo médecin qu’il côtoie tous les jours en se rendant au travail, certifie le décès. Sous l’effet de ce deuil, il s’effondre, tentant de raconter son malheur dans l’indifférence, buvant beaucoup alors que sa femme commence à penser à récupérer la commode et la pendule, afin qu’elles échappent à la belle-sœur avec qui les relations sont plus que froides. Ce qui donne une scène de déménagement des meubles très drôle…

 C’est un texte féroce sur l’hypocrisie, entre les membres de la famille, la belle-fille qui pleure sur commande quand il y a des visites, sa fille qui agit par mimétisme en organisant des visites de copains, le mari tellement dépassé par les évènements sans oublier la chute géniale…

Ce sont mes quatre nouvelles préférées mais les autres ne sont pas dénuées de charme et l’écriture de Maupassant toujours aussi belle…

Un petit clin d’œil au passage à la deuxième nouvelle : « Les tombales » qui nous raconte les visites au cimetière d’une femme en grand deuil qui cherche en fait un amoureux, un plan drague assez drôle…

Extraits

Fumant, les coudes sur la table, un verre de fine champagne à moitié plein devant son assiette, engourdi dans une atmosphère de tabac aromatisé par le café chaud, il semblait chez lui tout à fait, comme certains êtres sont chez eux absolument, en certains lieux et en certains moments, comme une dévote dans une chapelle, comme un poisson rouge dans son bocal.  « Les tombales »

 

Et puis, j’aime les cimetières parce que ce sont des villes monstrueuses, prodigieusement habitées. Songez donc à ce qu’il y a de morts dans ce petit espace, à toutes les générations de Parisiens qui sont logés là, pour toujours, troglodytes définitifs enfermés dans leurs petits caveaux, dans leurs petits trous couverts d’une pierre ou marqués d’une croix, tandis que les vivants occupent tant de place et font tant de bruit, les imbéciles. « Les tombales »

La terre est bornée pour le pêcheur, et dans l’ombre, quand il n’y a pas de lune, la rivière est illimitée. Un marin n’éprouve point la même chose pour la mer. Elle est souvent dure et méchante, c’est vrai, mais elle crie, elle hurle, elle est loyale, la grande mer ; tandis que la rivière est silencieuse et perfide. « Sur l’eau »

Alors commença le délire, ce délire fuyant des gens de la campagne qui se croient frappés par un sort, un besoin fou de partir, de s’échapper, de courir devant le malheur comme un vaisseau devant la tempête. « Histoire d’une fille de ferme »

Car dans cette banlieue parisienne, remplie d’une population de province, on retrouve cette indifférence du paysan pour le mort, fût-il son père ou sa mère, cet irrespect, cette férocité inconsciente si commune dans les campagnes et si rares à Paris. « En famille »

Sa vie était coupée au milieu ; et sa jeunesse entière disparaissait engloutie dans cette mort. Tout l’ « autrefois » était fini ; tous les souvenirs d’adolescence s’évanouissaient ; personne ne pourrait plus lui parler des choses anciennes, des gens qu’il avait connus jadis, de son pays, de lui-même, de l’intimité de sa vie passée ; c’était une partie de son être qui avait fini d’exister ; à l’autre de mourir maintenant. « En famille »

http://www.ebooksgratuits.com

Lu en mai 2017

Publicités

4 commentaires sur « « La maison Tellier… » de Guy de Maupassant »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s