Publié dans 19e siècle, Littérature russe

« Terres vierges » : Ivan Tourgueniev

Encore un petit tour en terre russe avec ce roman, pioché sur « bibliothèque russe et slave » :

 Terres vierges de Tourgueniev

Résumé

Alexis Nejdanof, fils naturel d’un prince russe, milite avec les étudiants révolutionnaires de Saint-Petersbourg, les « nihilistes » tous se retrouvent dans son appartement lorsqu’un inconnu arrive: le prince Sipiaguine qu’Alexis a rencontré lors d’une soirée au théâtre.

Celui-ci  l’embauche comme précepteur  pour son fils Kolia. Il sera hébergé, dans la maison du prince, faisant ainsi la connaissance de son épouse Valentina, de Marianne jeune parente que l’on a recueillie en lui faisant bien sentir son statut inférieur. Entre en scène ensuite le frère de   révolutionnaire convaincu et actif.

Ces jeunes étudiants ont pour mission de convertir les paysans à « l’œuvre », la cause révolutionnaire, allant à leur contact, haranguant le peuple, distribuant des tracts.

Le prince Sipiaguine se prétend libéral intéressé par les idées nouvelles et tente de débaucher Solomine qui fait tourner une usine proche, et proche des idées et idéaux de nos étudiants.

Alexis et Marianne surveillés constamment par la princesse finissent par s’enfuir ensemble…

 

Ce que j’en pense

Tourgueniev, nous décrit avec brio les mouvements révolutionnaires de l’époque, avec d’un côté des jeunes gens remplis d’idéaux et qui sont persuadés qu’ils vont pousser le peuple à prendre le pouvoir. Ils ont compris que l’abolition du servage n’avait guère changé les choses.

La pauvreté face à la vie insouciante des nobles, dont certains semblent tentés par les idées progressistes, mais tant qu’il ne s’agit que de mots, car ils sont attachés à leur privilège, tel prince Sipiaguine qui vise en parallèle un poste au gouvernement et flatte ceux qui peuvent lui permettre d’y accéder.

Le personnage d’Alexis Nejdanoff est intéressant : il est le fils naturel d’un prince, ce qui lui vaut des railleries, et son entrée dans le mouvement relève de l’idéal révolutionnaire et de cette frustration. Il essaie d’être un « bon militant » mais n’est pas très adroit, car timide et fasciné par ceux qui ont plus de charisme. Il subit plus qu’il ne décide par amour pour Marianne qui elle est bien résolue à participer à l’œuvre : il a subi le même type de vexations mais cela lui a donné davantage de force morale.

« Ses camarades l’aimaient, attirés par la sincérité, la bonté et la pureté qu’ils trouvaient en lui. Mais le pauvre Néjdanof n’était pas né sous une heureuse étoile ; la vie ne lui était pas facile. Il sentait cela profondément, et, malgré l’attachement de ses amis, il se faisait l’effet d’être à jamais isolé… »

Un autre personnage intéressant : Markelov, le beau-frère de Sipiaguine qui sert de guide aux autres, n’hésitant pas à se mettre en danger. Les autres sont plus ambivalents, Pakline qui parle trop à tort et à travers, mettant les autres en danger, Manchourina idéaliste mais engagée efficacement, amoureuse en secret d’Alexis pour ne citer qu’eux.

Seul, Solomine est dans l’action et non dans l’idéal, il gère au quotidien, sans s’enflammer, sans trahir trop ses idées, c’est ce qui lui permettra de faire avancer les choses.

L’auteur analyse bien les nobles de l’époque avec le caricatural Kalloméïtsiev, attaché à ses privilèges, odieux, imbuvable, et Sipiaguine est-il si différent ? Et une mention particulière pour Valentine et la façon dont elle règne dans la maison, espionnant et manipulant tout le monde:

« Valentine possédait ce genre particulier de grâce câline et tranquille qui est le propre des égoïstes « aimables » ; cette grâce où il n’y a ni poésie, ni sentiment véritable, mais qui respire la bienveillance, la sympathie et même une sorte de tendresse. Seulement ces charmants égoïstes n’aiment pas à être contredits ; ils sont despotiques et ne supportent pas l’indépendance chez les autres. »

Tourgueniev a écrit ce roman en 1876 et l’on sent bien ses sympathies pour ces jeunes gens qui veulent aller au contact du peuple pour le libérer, mais il aussi démontre les failles de leur idéalisme. Il a étudié avec beaucoup de soin la psychologie des personnages, autant que le contexte social. On imagine l’accueil qui fut réservé à ce roman très fort, tant du côté des révolutionnaires que celui du pouvoir.

J’ai lu et beaucoup aimé « Premier amour » de Tourgueniev, quand j’étais adolescente, et ressenti la même émotion en le relisant des années plus tard, mais ici l’auteur aborde un tout autre sujet et ne joue plus sur l’émotion du lecteur. On est dans un autre registre, ce roman explore la société de l’époque, tel Zola qu’il a rencontré et dont il a publié les romans en Russie, (et d’autres auteurs français)…

 

Extraits

La tristesse qui s’était emparée de lui venait de cette impression qu’éprouvent les mélancoliques, les rêveurs, quand il leur faut changer de place. Les caractères aventureux, les sanguins ignorent cette impression-là ; ils sont plutôt portés à se réjouir quand le cours ordinaire de leur vie est interrompu, quand l’occasion se présente pour eux de changer de milieu.

Néjdanof s’était enfoncé si profondément dans ses rêveries, que peu à peu, presque inconsciemment, il les traduisit en paroles ; les impressions qui flottaient en lui se cadençaient et rimaient entre elles.

Dans notre rapprochement, le sentiment personnel a joué un rôle… secondaire, et nous sommes unis pour toujours… « au nom de l’œuvre » ? Oui, au nom de l’œuvre. »

Ainsi pensait Néjdanof, et lui-même ne soupçonnait pas combien il y avait de vrai — et de faux — dans ce qu’il pensait.

Il se trouva que Solomine ne croyait pas à l’imminence d’une révolution en Russie ; mais, ne voulant pas imposer son avis, il laissait les autres essayer leurs forces, et les regardait faire, non de loin, mais de côté. Il connaissait parfaitement les révolutionnaires de Pétersbourg, et, jusqu’à un certain point, il sympathisait avec eux, car il était du peuple ; mais il se rendait compte de l’absence inévitable de ce même peuple, sans lequel pourtant « rien ne marcherait », de ce peuple qu’il faudrait longtemps préparer, mais d’une tout autre façon et vers un tout autre but. Voilà pourquoi il se tenait à côté, non comme un finaud qui biaise, mais comme un homme de bon sens qui ne veut perdre inutilement ni lui-même, ni les autres. Quant à écouter, pourquoi pas ? et même s’instruire s’il y a lieu !

Quel diable de révolutionnaire veux-tu faire ? Écris des versiculets, mets-toi dans un coin pour vivre avec tes petites pensées et tes petites impressions misérables, fouille dans toutes sortes de menues subtilités psychologiques, et surtout ne va pas t’imaginer que tes caprices, tes exaspérations maladives et nerveuses, aient rien de commun avec la mâle indignation, avec l’honnête colère d’un homme convaincu ! Ô Hamlet, prince de Danemark ! comment sortir de ton ombre ? Comment faire pour n’être pas ton imitateur en tout, même dans la honteuse jouissance que l’on éprouve à s’injurier soi-même ?

Ah ! oui ; je comprends à présent. Alors, vous êtes de ceux qui veulent se simplifier. Il y en a beaucoup dans ce temps-ci.

— Comment avez-vous dit, Tatiana ?… Se simplifier ?

— Oui… c’est une manière de dire que nous avons à présent : vivre tout à fait comme le peuple. Se simplifier, quoi ! C’est de la bonne besogne, enseigner au peuple à raisonner. Mais ça n’est pas commode, oh ! non ! Dieu vous donne de la chance !

— Se simplifier ! répéta Marianne. Entends-tu, Alexis ? en ce moment nous sommes des simplifiés ! »

https://bibliotheque-russe-et-slave.com/Livres/Tourgueniev%20-%20Terres%20vierges.htm

Lu en mars 2017

Publicités

5 commentaires sur « « Terres vierges » : Ivan Tourgueniev »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s