Publié dans Littérature contemporaine, Littérature française

« Romain Gary s’en va-t’en guerre » de Laurent Seksik

Poursuivant ma découverte des mystères de Romain Gary, je vous parle aujourd’hui d’un roman  particulier :

 romain-gary-sen-va-t-en-guerre-de-laurent-seksik

 

Quatrième de couverture

Avant d’inventer Émile Ajar, Romain Gary s’est inventé un père. Bâtissant sa légende, l’écrivain a laissé entendre que ce père imaginaire était Ivan Mosjoukine, l’acteur russe le plus célèbre de son temps. La réalité n’a rien de ce conte de fées.

Drame familial balayé par l’Histoire et fable onirique, « Romain Gary s’en va-t’en guerre » restitue l’enfance de Gary et la figure du père absent. Avec une émotion poignante, le roman retrace vingt-quatre heures de la vie du jeune Romain, une journée où bascule son existence.

Après » Les derniers jours de Stefan Zweig » et « Le cas Eduard Einstein », Laurent Seksik poursuit magistralement cette quête de vérité des personnages pour éclairer le mystère d’un écrivain, zones d’ombre et genèse d’un créateur, dans une histoire de génie, de ténèbres et d’amour.

 

Ce que j’en pense

Tout d’abord, je tiens à remercier Babelio.com et les éditions Flammarion qui m’ont permis de lire ce roman dans le cadre de la dernière opération « masse critique ».

J’apprécie particulièrement Laurent Seksik, que j’ai découvert avec « Le cas Eduard Einstein » puis « L’exercice de la Médecine » en passant par la BD « Les derniers jours de Stefan Zweig » (je n’ai pas encore lu le roman et cela ne saurait tarder…) donc celui-ci était pour moi !!!

L’auteur a choisi de mettre en scène deux journées décisives dans la vie de Romain Gary, qui vont lui faire découvrir les mensonges, les trahisons: les 26 et 27 janvier 1925 pour nous parler de la vie de sa mère Nina que nous connaissons bien (Romain en a parlé dans « La promesse de l’aube » par exemple), celle de son père que nous connaissons peu, leur vie de couple qui vacille.

On retrouve cette mère particulière, encore amoureuse de son mari qui a rencontré une autre femme, et dont l’unique raison de vivre est son petit Roman, prunelle de ses yeux et qui vit dans des conditions précaires, assaillie par les huissiers qui ont tout saisi, sa boutique ayant dû être fermée.

Une jolie scène : elle rallonge les ourlets de pantalon de Roman pour montrer qu’il devient un homme :

« Se mettre à genoux devant Roman pour coudre, c’était dans son esprit comme s’incliner face au destin, se prosterner devant la vie qui continuait. Elle rallongeait le tissu, elle prolongeait les jours, conjurait le malheur à grands coups de ciseaux. »

On fait la connaissance d’Arieh, le père de Roman, fourreur comme l’était ses ancêtres, soumis à la stature imposante de son père, écartelé entre ses deux femmes au grand dam de sa famille, juive très pratiquante, rigide qui n’a jamais aimé Nina trop extravagante et libre à leur goût.

Il y a un autre personnage très important dans ce roman : le ghetto de Wilno (Vilnius) en Lituanie avec l’intolérance, l’antisémitisme qui vont crescendo, entre adultes et entre enfants et Roman, perdu dans cette situation familiale complexe, pensant que c’est à cause de lui, se culpabilisant, espérant le retour de son père, en fait les frais.

J’ai bien aimé ce roman, il s’agit bien d’un roman et non d’une biographie je le précise, dont le rythme est soutenu, les descriptions de la ville, des quartiers, du mode de vie dans le ghetto sont précises, et émouvantes.

On fait face à deux attitudes opposées : Nina qui sent qu’elle n’a plus reine à faire dans cette ville, dans ce pays et ne rêve que de partir pour la France, et Arieh Kacew et sa famille qui pensent qu’il ne peut rien leur arriver car ils habitent là depuis si longtemps malgré les pogroms.

Je connais mal l’histoire de le Lituanie, j’ai commencé à m’y intéresser au moment où les Pays Baltes se sont soulevés contre l’ex URSS, pour obtenir leur indépendance, donc je ne savais rien de l’extermination totale et méthodique de « la petite Jérusalem du Nord » (à ce propos, l’épilogue est magistral), donc je vais aller me documenter.

Amoureux ou non de Romain Gary et ses mystères, ou pour approfondir ses connaissances sur la Lituanie, son histoire, ce livre est vraiment à découvrir et il se dévore.

 

Extraits

Ne réalise-on jamais l’âge de sa mère, hormis à ses derniers instants. P 27

Le malheur avait développé en elle, comme un sixième sens, un don prémonitoire. Nul n’osait lui contester cette réalité , c’était un être d’instinct sensible à l’environnement comme aux entourages – entrant dans une pièce, elle pouvait d’emblée percevoir, sans qu’aucun mot n’ait été prononcé, un seul regard échangé, si quelqu’un lui était hostile. P 35

Il n’y a pas de mauvaises mères, il y a surtout des pères absents. P 42

On lui reprochait parfois de ne pas avoir des préoccupations de son âge. Mais, quand on a connu l’exil à six mois, la séparation de ses parents et la mort d’un frère, l’enfance est une terre inconnue, un continent lointain. P 59

L’enfant a appris la grande lâcheté des hommes, a vu s’éteindre le temps de l’insouciance. Elle se promets d’en ranimer la flamme, peu importe ce que cela lui coûtera d’énergie et de peine. Elle s’évertuera tout au long des années à tenter d’effacer l’instant de cet aveu, à enseigner ce qu’est un amour absolu, un amour pur, sans taches. P 92

C’était un père idéal, un père modèle dont l’imposante stature accablait Arieh et dont la perfection lui rappelait ses propres faiblesses. P 111

N’était-ce pas le rôle des fils de réaliser le rêve des pères, d’être les héros qu’ils auraient dû devenir si la vie s’était montrée plus juste ? Son avenir était tracé. Couper, coudre, coudre, couper… P 143

 

Lu en février 2017

Publicités

7 commentaires sur « « Romain Gary s’en va-t’en guerre » de Laurent Seksik »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s