Publié dans Challenge 19e siècle, Littérature française

« La bourse » : Honoré de Balzac

Je vous parle aujourd’hui d’une nouvelle de mon ami Honoré de Balzac, lu confortablement sur ma liseuse, grâce à « e-books libres et gratuits » :

 la-bourse-de-balzac

 

Résumé de l’éditeur

Un jeune peintre prometteur fait une chute dans son atelier et se réveille dans les bras d’une ravissante inconnue, sa voisine. Mais cette idylle naissante est rapidement contrariée par les soupçons qui pèsent sur cette jeune fille et sa mère.

Pourquoi un riche vieillard vient-il chaque soir chez elles perdre de l’argent au jeu ? Et que penser lorsque la bourse du jeune peintre disparaît après une partie de cartes disputées avec ses voisines.

 

Ce que j’en pense

Ce n’est un secret pour personne, je suis « Balzacolâtre » depuis le début de l’adolescence et j’ai décidé de lire « La comédie humaine » dans l’ordre en relisant, si j’ai envie, certains romans…

Il s’agit de la troisième nouvelle des « Scènes de la vie privée » et l’incipit est splendide, mettant l’eau à la bouche du lecteur :

« Il est pour les âmes faciles à s’épanouir une heure délicieuse qui survient au moment où la nuit n’est pas encore et où le jour n’est déjà plus. »

Balzac nous raconte la manière dont un jeune peintre talentueux, reconnu par ses pairs, décoré, Hippolyte Schinner rencontre, à la suite d’une chute dans son atelier, Adélaïde sa voisine et en tombe amoureux.

« Il reprit bientôt connaissance et put apercevoir, à la lueur d’une de ces vieilles lampes dites à double courant d’air, la plus délicieuse tête de jeune fille qu’il eût jamais vue, une de ces têtes qui souvent passent pour un caprice du pinceau ; mais qui tout à coup réalisa pour lui les théories de ce beau idéal que se crée l’artiste et d’où procède son talent… »

Il la regarde d’abord avec les yeux du peintre, détaillant son visage, la manière dont elle évolue avec sa mère dans leur appartement plutôt miteux, qu’il décrit avec moult   détails, comme il le fait toujours.

Puis, il la contemple avec les yeux de l’amour, l’émotion apparaît ainsi que le cortège des doutes : comment expliquer les relations des deux femmes avec un homme d’un certain âge et son acolyte qui est sa pâle copie, qui viennent tous les soirs jouer et perdre aux cartes.

La jalousie, le doute font leur apparition, alimentés par les potins, surtout lorsque Hippolyte perd sa bourse chez les deux femmes : vol, malhonnêteté, vie dissolue ? Il se met alors à réinterpréter tous les faits, gestes et paroles sous l’emprise du doute.

Balzac nous livre une belle étude du sentiment amoureux, avec ses élans et ses doutes, sur fond de vie difficile,  la beauté observée par un artiste, mais aussi l’importance de l’imagination, du rêve sur l’amour et sur l’existence  et il pose une autre question : l’amour peut-il guérir un être s’il mène une vie un peu dissolue, le racheter en quelque sorte ?

J’éprouve toujours autant de plaisir à lire ses analyses, ses descriptions et la manière dont il manie la langue française.

Challenge XIXe siècle 2017

 

L’auteur

honore-de-balzac

 

Extraits

 

L’imagination aide au naturel de chaque détail et ne voit plus que les beautés à l’œuvre. A cette heure, l’illusion règne despotiquement : peut-être se lève-t-elle la nuit ? l’illusion n’est-elle pas pour la pensée une espèce de nuit que nous meublons de songes.

… puis une attitude ou les sons d’une voix mélodieuse embellis par le lointain de la mémoire reparaissaient tout à coup, comme ces objets qui plongés au fond des eaux reviennent à la surface…

Ces stigmates de misère ne sont point d’ailleurs sans poésie aux yeux d’un artiste.

Ces traits si fins, si déliés pouvaient tout aussi bien dénoter des sentiments mauvais, faire supposer l’astuce et la ruse féminines que révéler les délicatesses d’une belle âme. En effet, le visage de la femme a cela d’embarrassant pour les observateurs vulgaires, que la différence entre la franchise et la duplicité, entre le génie de l’intrigue et le génie du cœur, y est imperceptible.

Le cœur a la singulière puissance de donner un prix extraordinaire à des riens. Quelle joie n’est-ce pas pour un voyageur de cueillir un brin d’herbe, une feuille inconnue, s’il a risqué sa vie dans cette recherche. Les riens de l’amour sont ainsi…

Perdre un bonheur rêvé, renoncer à tout un avenir, est une souffrance plus aigüe que celle causée par la ruine d’une félicité ressentie, quelque complète qu’elle ait été : l’espérance n’est-elle pas meilleure que le souvenir ? Les méditations dans lesquelles tombe tout à coup notre âme sont alors comme une mer sans rivage au sein de laquelle nous pouvons nager pendant un moment, mais où il faut que notre amour se noie ou périsse.

 

 

Lu en janvier 2017

Publicités

6 commentaires sur « « La bourse » : Honoré de Balzac »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s